Science et Environnement

Actualité

Le parc marin d’Iroise baptise la vedette Valbelle

Science et Environnement

Livrée en juin 2015 par le chantier brestois CIB, la Valbelle, l’une des deux nouvelles vedettes du Parc naturel marin d’Iroise, a été officiellement baptisée hier au Conquet, où elle est basée. Sa marraine est Irène Frachon, médecin pneumologue au CHU de Brest, connue pour avoir dénoncé les dangers mortels du Mediator.

 

 

Positionnée à Douarnenez, la seconde vedette de ce type, l’Augustine, est également en service depuis un an et demi et n’a pas encore été baptisée. Il faut dire que le bateau a pour marraine Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, dont l’emploi du temps n’a pas encore permis d'organiser une cérémonie.

Longues de 11.5 mètres et construites en aluminium, les Valbelle et Augustine doivent leur nom à deux basses rocheuses situées dans le chenal du Four et en baie de Douarnenez. Capables de dépasser 15 nœuds, ces vedettes, conçues pour évoluer en mer d’Iroise quelle que soit la saison, sont dotées de deux moteurs hors-bord Mercury de 250 cv et présentent une autonomie de 300 milles à 15 nœuds.

Les deux bateaux de travail sont équipés d’un vire-filet hydraulique, utile pour certains protocoles scientifiques et pour le contrôle des pêches. Ils sont également dotés d’une potence permettant de lever une charge de 150 kg. Le pont est dégagé et permet d’embarquer une charge de 500 kg. Des points de saisie y ont été intégrés. Un plan de travail rabattable, disponible derrière la passerelle, permet de travailler sur les échantillons prélevés. Deux portes sont ouvertes dans le pavois afin de faciliter la manipulation du matériel et la mise à l’eau des plongeurs.

 

La vedette Valbelle (© MICHEL FLOCH)

 

Le premier parc marin naturel français, créé en 2007, compte également deux semi-rigides de 8 mètres à coque aluminium et un petit semi-rigide de 5.8 mètres. En plus de leurs missions de suivis scientifiques ou d’intervention sur les milieux, les moyens nautiques réalisent des missions de police en mer, de sensibilisation des usagers et peuvent participer à des opérations d’assistance et de sauvetage. 

Une unité océanographique, l’Albert Lucas, est également affrétée par le parc, mais désormais plus ponctuellement depuis l’arrivée des nouvelles vedettes. Mutualisé avec l’Institut universitaire européen de la mer, ce petit navire servait notamment à cartographier certaines zones du parc, à mener des expérimentations ainsi que des travaux en biologie, écologie, océanographie (physique et chimique) et géologie.