Défense
Le passage au double équipage d’une FREMM et d’un PSP acté pour 2020

Actualité

Le passage au double équipage d’une FREMM et d’un PSP acté pour 2020

Défense

Comme elle l’espérait, la Marine nationale a obtenu du ministère des Armées le feu vert budgétaire pour créer deux nouveaux équipages destinés à doubler l’armement d’une frégate multi-missions et d’un patrouilleur de service public. Une évolution qui a débuté cette année avec les FREMM Aquitaine et Languedoc, respectivement basées à Brest et Toulon, ainsi que le PSP Flamant stationné à Cherbourg. Ces bâtiments sont depuis cet été armés par deux équipages, qui se relaient à bord tous les quatre mois. L’objectif de cette nouvelle organisation, déjà en vigueur sur un certain nombre d’unités spécialisées de la marine (BSAM, BSAOM, BHO, Astrolabe), vise à offrir aux marins davantage de visibilité entre une activité opérationnelle à la mer qui s’est accrue ces dernières années et leur vie privée. Tout en améliorant la formation, la gestion de carrière et, au passage, en permettant d'accroître le nombre de jours à la mer que les unités pourront réaliser chaque année. Sur un rythme de relève tous les 4 mois, les deux équipages (A et B) alternent entre période de « prise en charge » de leur bâtiment, conduisant des opérations et activités à la mer, et une période dite « en préparation », à terre, permettant la régénération de l’équipage, une préparation opérationnelle, ainsi qu’une contribution au maintien en condition opérationnelle.

Après les Aquitaine, Languedoc et Flamant, ce sera, a-t-on appris auprès de l’Etat-major, au tour de la FREMM Bretagne (Brest) et du PSP Cormoran (Cherbourg) de passer au double équipage en 2020. La marine a par ailleurs d’ores et déjà obtenu de préparer la même opération pour le passage à cette organisation du troisième et dernier patrouilleur cherbourgeois, le Pluvier, en 2021. La mise en place se fera probablement encore une fois durant la période estivale, lorsque le gros des marins change traditionnellement d’affectation.

 

Le PSP Cormoran (@ MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le PSP Cormoran (@ MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Pour mémoire, l’équipage d’une FREMM est désormais de 109 marins (hors détachement aéronautique), les PSP étant armés par une grosse vingtaine de marins. Pour créer de nouveaux équipages, la marine s’appuie notamment sur ceux qui sont dissous avec le désarmement de ses vieux bâtiments de combat. Des unités qui nécessitaient en plus une main d’œuvre bien plus conséquente que les bâtiments de nouvelle génération, très automatisés. Ont ainsi été retirés du service cette année la frégate anti-sous-marine (FASM) Primauguet (240 marins) à Brest et la frégate antiaérienne (FAA) Cassard (250 marins) à Toulon, permettant en termes d’effectifs de compenser le doublement des équipages des Aquitaine et Languedoc. Pour 2020, c’est la FASM brestoise La Motte-Picquet qui doit tirer sa révérence, avec donc en parallèle le passage au double équipage de la FREMM Bretagne. Puis, en 2021, alors que la première FREMM de défense aérienne, l’Alsace, rejoindra la Méditerranée, les ultimes frégates de la famille F70, la FAA Jean Bart (Toulon) et la FASM Latouche-Tréville (Brest), devraient prendre leur retraite. Une nouvelle FREMM toulonnaise devrait alors bénéficier du doublement de son équipage, probablement la Provence puisque l’Auvergne doit rallier Brest en 2022, lorsque la seconde FREMM DA, la Lorraine, sera arrivée à Toulon.  

 

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française