Défense
Le patrouilleur La Combattante en route pour les Antilles

Actualité

Le patrouilleur La Combattante en route pour les Antilles

Défense

Baptisé le 12 juin à Saint-Malo, le dernier des trois Patrouilleurs Antilles Guyane (PAG, ex-PLG) commandés pour la Marine nationale a quitté Brest hier en vue de rejoindre sa base de Fort-de-France, en Martinique. Avant d’y parvenir, La Combattante va profiter de sa traversée de l’Atlantique pour éprouver ses systèmes et capacités militaires.

 

La Combattante quittant Brest le dimanche 21 juillet (

La Combattante quittant Brest le dimanche 21 juillet (© MICHEL FLOCH)

La Combattante quittant Brest le dimanche 21 juillet (

La Combattante quittant Brest le dimanche 21 juillet (© MICHEL FLOCH)

 

Alors que ses sisterships, La Confiance et La Résolue, ont été mis en service en 2017 en Guyane, ce nouveau PAG, dont la construction a été décidée suite aux ravages provoqués par l’ouragan Irma il y a bientôt deux ans, va permettre de renforcer les moyens d’action maritimes aux Antilles. D’autant qu’en plus de ce nouveau patrouilleur, la base navale de Fort-de-France, où sont stationnées les frégates de surveillance Ventôse et Germinal, vient de s’enrichir d’une autre unité neuve, en l’occurrence le Dumont d’Urville, dernier des quatre nouveaux bâtiments de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM, ex-B2M).

 

Le BSAOM Dumont d'Urville (

Le BSAOM Dumont d'Urville (© BERNARD PREZELIN)

 

La Marine nationale en Martinique recevra par ailleurs l’un des 14 futurs engins de débarquement amphibie standards (EDAS), dont la tête de série doit être livrée par Socarenam et CNIM fin 2020.  

Les PAG ont pour mémoire été construits par les chantiers Socarenam de Saint-Malo (coque) et Boulogne-sur-Mer (armement), leur conception ayant été menée en coopération avec Mauric et leur maintenance assurée par CNN MCO. Dotés d’une coque en acier et de superstructures en aluminium, les nouveaux patrouilleurs français mesurent 60.8 mètres de long pour une largeur de 9.55 mètres et un déplacement de 750 tonnes environ. Mis en œuvre par 24 marins et capables d’accueillir jusqu’à 38 personnes, ils embarquent deux semi-rigides, leur armement comprenant un canon télé-opéré de 20mm Narwhal (Nexter) et des mitrailleuses. Capables d’atteindre 21 nœuds, les PAG peuvent franchir 3500 milles à 12 nœuds.

Après cette série de trois unités, l’heure va maintenant être au renouvellement des patrouilleurs stationnés dans les autres territoires ultramarins. A cet effet, le programme POM doit être notifié cet hiver en vue de la livraison de six bâtiments entre 2022 et 2025. Ces unités d’au moins 70 mètres seront basées par paires en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et à La Réunion.

 

Marine nationale