Marine Marchande
Le pilotage face à l'épidémie

Actualité

Le pilotage face à l'épidémie

Marine Marchande

A la fois marins et armateurs, les pilotes maritimes sont concernés à plusieurs niveaux par la propagation du Covid-19 : à la fois sur leurs bords et au sein de leurs stations mais également à bord des navires qu’ils pilotent. Nous avons fait le point avec les stations des Grands Ports Maritimes métropolitains.

La Gironde : un seul équipage de vedette par semaine et plus d’hélicoptère

« Comme tous nos collègues, nous assurons le trafic dont nous constatons déjà la baisse. Mais nous savons aussi que celle à venir, notamment à Bordeaux avec les annulations d’escales de paquebots va être importante », dit Tristan Paillardon, président de la station de pilotage de la Gironde.

Le travail a été réorganisé en ne gardant qu’un seul équipage de vedette par semaine et une secrétaire en télétravail, des mesures de chômage partiel ayant été prises pour le reste du personnel. Le service hélicoptère a été fermé

« J’avais anticipé la situation actuelle aussi j’ai pu fournir du matériel de protection à mes collègues. Nous appliquons les consignes strictes de l’ARS pour éviter les contacts entre pilotes ».

Le Havre : des bordées ségréguées et un niveau d’activité presque normal

La station de pilotage du Havre, Fécamp et Antifer a adapté son organisation dès les annonces du président de la République le 17 mars. « Nous avons mis en place un plan de continuité d’activité dès le 18 mars », nous a détaillé Pavel Pereira, président de la station élu à ce poste le 13 mars.

Ce plan de continuité vise à mettre en place des bordées ségréguées, à savoir que chaque équipage est confiné pour ne pas être en contact avec les autres. Les pilotes sont en bordée de 7 jours avec 7 jours de report. Les marins attachés à la station de pilotage sont pour leur part en bordée de 7 jours avec 14 jours de repos. « Une organisation qui nous permet d’être opérationnel à plein temps et d’éviter la contagion ». Et pour le président de la station de pilotage cette façon de travailler est devenue primordiale en raison d’une activité retrouvée dans le port. Les escales s’enchaînent à un niveau presque normal.

La montée à bord des navires ne se fait qu’après avoir reçu l’accord des autorités sanitaires. Avant son entrée dans le port, le commandant du navire doit déclarer toute suspicion de cas de fièvre ou de symptômes. « À ce jour, nous n’avons eu aucun navire présentant un cas de Covid-19 ». Une fois à bord, les pilotes sont appelés à respecter les mesures des gestes barrières préconisés par le gouvernement. Ils se tiennent à un mètre de distance de tout membre d’équipage, se lavent régulièrement les mains et évitent les risques de propagation du virus. « Aucun pilote ni marin n’est, à ce jour, affecté par le Covid-19. Nous sommes tous sur le pont et travaillons », continue Pavel Pereira. Même si les pilotes ne disposent pas de masques de protection, réservés aux personnels hospitaliers, ils appliquent scrupuleusement les précautions d’usage allant jusqu’

Pilotage et pilotes maritimes | Actualité du pilotage Coronavirus | Toute l'actualité Covid-19 dans le secteur maritime