Construction Navale
Le plan de sauvegarde de STX accepté par son créancier principal

Actualité

Le plan de sauvegarde de STX accepté par son créancier principal

Construction Navale

Le couperet est passé près pour STX Offshore & Shipbuilding en Corée. La KDB (Korea Development Bank) avait laissé planer le spectre d’une mise sous séquestre, après l’échec de précédentes négociations entre la direction de l’entreprise et les syndicats. Pour éviter ce scénario, ces derniers se devaient de reprendre le chemin des pourparlers et trouver un nouvel accord pour réduire les coûts de la société. C’est chose faite puisqu’ils ont signé dans la nuit de lundi à mardi un accord prévoyant une baisse de 75% du coût de la main d’œuvre devant se traduire par des baisses de salaires, des départs à la retraite volontaires, du chômage technique et l’abandon de certains avantages sociaux. Une initiative jugée satisfaisante par KDB et l’État sud-coréen qui ont accepté de sursoir à leur procédure et ainsi de donner une nouvelle chance au constructeur.

L’ancien géant de la construction navale, dépossédé d’une grande partie de ses actifs, traverse depuis plusieurs années une grave crise alimentée par une dette colossale. Cette dernière est détenue par des créanciers dont le premier et majortaire est la Banque coréenne de développement (KDB), un établissement public. Mis en liquidation judiciaire en 2016, STX en était sorti en juillet dernier. Il peut maintenant compter sur une baisse du coût de la main d’œuvre et le soutien de KDB pour engranger de nouvelles commandes. Il va aussi et surtout pouvoir profiter du grand plan d’investissement du gouvernement coréen qui prévoit d’aider le secteur maritime local avec des aides financières pour la construction de 200 navires.