Science et Environnement
Le point sur le renouvellement des moyens de la Flotte océanographique française
ABONNÉS

Actualité

Le point sur le renouvellement des moyens de la Flotte océanographique française

Science et Environnement

Repositionnement d’un bateau métropolitain dans la Pacifique pour remplacer l’Alis en attendant la construction d’un nouveau navire, succession à venir de la Thalia et du Sépia II, arrivée de robots de nouvelle génération, nouvelles opportunités vers les zones polaires, projets à plus long terme… Nous faisons le point aujourd’hui sur le plan de renouvellement de la Flotte océanographique française (FOF).

Pour mémoire, depuis janvier 2018, l’ensemble des moyens précédemment gérés par l’Ifremer, le CNRS, l’Institut polaire Paul-Emile Victor (IPEV) et l’Institut de Recherche et de développement (IRD), constituent la Flotte océanographique française, opérée par l’Ifremer. Soit en tout 18 navires et de nombreux équipements scientifiques, dont des drones sous-marins (AUV) et robots télé-opérés (ROV), présents sur toutes les mers et constituant la cinquième flotte océanographique mondiale. Pour piloter la FOF, l’Ifremer a créé en son sein une direction de la flotte, structure employant 80 personnes. Genavir (380 marins et personnels sédentaires) assure l’armement de l’ensemble des navires, sauf le Marion Dufresne, propriété des TAAF et armé par Louis Dreyfus Austral Seas (LDAS). La FOF travaille au profit d’une communauté de plus de 3000 scientifiques sur des programmes de recherche permettant d’approfondir la connaissance des océans.

En juin dernier, l’Ifremer et ses trois ministères de tutelles (Transition écologique, Enseignement supérieur et Agriculture dont dépend la pêche)

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine