Croisières et Voyages
Le pompage des soutes du Costa Concordia a débuté

Actualité

Le pompage des soutes du Costa Concordia a débuté

Croisières et Voyages

L'extraction du carburant contenu dans l'épave du Costa Concordia a débuté, un mois après le naufrage du paquebot sur l'île italienne du Giglio. Menées par la société néerlandaise Smit Salvage, les opérations de pompage ont commencé dimanche. En tout, il faudra 28 jours sans interruption pour extraire 2380 tonnes de carburant. Très nocif pour l'environnement, le fuel lourd représente environ 2300 tonnes et est contenu dans une quinzaine de compartiments dotés d'une double coque. Très visqueux, il doit être préchauffé pour être pompé. La première phase consiste à vider 6 réservoirs, dont un de 400 m3 sur lequel le travail a débuté avant-hier. Ces cuves contiennent plus de 1500 m3 de carburant, soit 67% du total présent à bord. Une seconde phase doit permettre de vider 9 autres réservoirs d'une capacité de 377 m3, précise l'AFP. Enfin, il restera de petites cuves situées dans les compartiments machines et contenant 348 m3 de gasoil, un carburant plus léger, moins dangereux pour l'environnement et plus simple à extraire que le fuel lourd.

 (© : LA REPUBBLICA / CGE)
(© : LA REPUBBLICA / CGE)

 (© : SMIT SALVAGE)
(© : SMIT SALVAGE)

Ces dernières semaines, Smit a préparé les opérations en plaçant à proximité du Concordia une barge flottante dotée d'une grue. Le raccordement aux réservoirs fut très long, notamment en raison de la météo, qui a rendu le travail complexe. On notera que le fuel pompé est remplacé par de l'eau, afin de maintenir la masse de l'épave et, ainsi, éviter qu'elle bouge. Des valves de sécurité ont également été installées, de manière à empêcher que les hydrocarbures se répandent dans la mer en cas de problème. Le fuel pompé transite par la barge puis est transféré sur un tanker.
Cette opération est un préalable à l'enlèvement du navire, pour lequel Costa Croisières a lancé un appel d'offres international dont le résultat devrait être connu mi-mars. Les entreprises sollicitées devront notamment dire s'il est possible de renflouer la carcasse où si elle devra être démantelée sur place. Le navire est, en tous cas, considéré comme perdu.
Pour mémoire, le Costa Concordia, entré en service en 2006, a fait naufrage le 13 janvier après avoir heurté un rocher alors qu'il naviguait beaucoup trop près du Giglio. Au moment de l'accident, 4229 personnes étaient à bord, soit 3216 passagers et 1013 membres d'équipage. Parmi elles, ont compte 17 morts et 15 disparus.
__________________________________________

- Voir les dernières photos sur le site de La Repubblica

Accidents, pollutions Costa Croisières