Croisières et Voyages
Le Ponant, de la CIP, détourné par les pirates au large de la Somalie

Actualité

Le Ponant, de la CIP, détourné par les pirates au large de la Somalie

Croisières et Voyages

Le Ponant, le voilier de la Compagnie des Iles du Ponant, a été détourné ce vendredi après-midi par des pirates alors qu'il naviguait au milieu golfe d'Aden. Le Ponant se trouvait dans les eaux internationales, entre la Somalie et le Yémen, lorsqu'il a été attaqué. Le navire de luxe, battant pavillon français, compte à son bord une trentaine de membres d'équipage. Au moment de l'assaut, il ne transportait, toutefois, aucun passager, a indiqué l'Etat major des armées. Des moyens de la Task Force 150, actuellement sous commandement français, ont été dépêchés sur zone. La marine dispose dans le secteur de trois navires et un avion de patrouille maritime Atlantique 2, opérant depuis Djibouti. L'aviso Commandant Bouan serait à proximité ce soir. Rappelons que, comme tout navire immatriculé en France, le Ponant bénéficie du Contrôle naval volontaire, une convention d'assistance liant les compagnies tricolores à la Marine nationale.
Créée à Nantes il y a vingt ans, la CIP est depuis 2005 une filiale du groupe maritime CMA CGM. « Le groupe est en étroite collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères. Les autorités françaises gèrent la situation », indique ce soir CMA CGM, qui ne souhaite pas communiquer plus avant afin de « ne pas mettre en péril ses équipages pris en otage ».
Construit en 1991, le Ponant mesure 88 mètres de long et peut transporter 64 passagers. Il avait quitté les Seychelles le 28 mars et devait rejoindre la Méditerranée. Il s'agit du premier navire de croisière que les pirates parviennent à prendre d'assaut. En novembre 2005, le petit paquebot américain Seabourn Spirit avait échappé de peu au détournement, son équipage parvenant de justesse à empêcher les pirates de monter à bord. Plusieurs cargos et bateaux de pêche croisant au large de la Somalie n'ont pas eu cette chance. Les pirates, que l'on a vu intervenir jusqu'à 200 nautiques des côtes (près de 400 kms), demandent une rançon pour libérer les équipages. L'an dernier, 31 attaques ont été recensées dans la région.