Vie Portuaire
Le port de Bordeaux limite ses pertes en 2009

Actualité

Le port de Bordeaux limite ses pertes en 2009

Vie Portuaire

Malgré un contexte économique très difficile, le Grand Port Maritime de Bordeaux est quasiment parvenu à maintenir son activité l'an dernier. Avec 8.8 millions de tonnes traitées, le trafic global du port limite sa baisse à seulement 2.9% par rapport à 2008. Alors que les grands ports européens accusent une baisse générale, souvent à deux chiffres, et que les experts internationaux estiment à 10% le ralentissement de l'économie maritime, les dirigeants du port veulent voir dans ce résultat « la confirmation de la place de l'Etablissement dans le fonctionnement de l'économie régionale et son rôle dans la logistique et les transports aquitains ».
Côté chiffres, avec 6.3 millions de tonnes, les importations affichent une contraction de 6.8%. Les produits raffinés sont en légère baisse, alors que la diminution des tourteaux (-20%) et des huiles (-26%) est largement compensée par le développement de la trituration de graines par SAIPOL à Bassens (+ 90.000 t). Les engrais manufacturés, avec 210.000 tonnes, chutent de 30% dans un contexte international durement touché. Néanmoins, l'ammoniac importé à Ambès dépasse les 320.000 tonnes en 2009 (+ 15%), tiré par les productions de l'usine expédiées par la voie ferrée vers la région de Lacq. Le ralentissement économique dans le secteur de la construction a affecté les importations de granulats (-22%), de ciment et de laitier (- 42%) et de bois tropicaux (-74%). Les importations de bitumes ont quasiment doublé sur Blaye au terme de la première année complète d'exploitation des nouvelles installations de la SOBIB.

Les exportations en hausse


Côté exportations, le trafic a été en hausse, l'an dernier, de 9.2%, pour atteindre 2.5 millions de tonnes. Avec 260.000 tonnes, les sorties de pétrole brut, qui ont retrouvé un schéma logistique efficace, gagnent 30.000 tonnes alors que les biocarburants, atteignant 130.000 tonnes, deviennent un trafic majeur du port de Bordeaux. De leur côté, les céréales sont en baisse de 11% mais restent au-delà du million de tonnes. La baisse des sorties d'huiles (-20.000 tonnes) est compensée par la croissance de celle des graines (+ 25.000 tonnes) et des tourteaux de colza sous-produits de trituration locale (+ 47.000 tonnes). Les exportations de bois ont été soutenues par les volumes issus de la tempête Klaus de janvier 2009. Avec un total de 235.000 tonnes en fin d'année, elles ont progressé de plus de 200.000 tonnes par rapport à 2008. Ce courant d'exportation a soutenu le trafic conteneurisé du port de Bordeaux qui, dépassant les 770.000 tonnes (+ 27%), a atteint son nouveau record historique tant en tonnage qu'en nombre de conteneurs manutentionnés (80.018 EVP, +44%). A noter que les exportations de bois vers l'Extrême-Orient ont permis la mise en place d'un second service de « feedering » par CMA CGM et la desserte d'un nouveau hub européen par MSC au Verdon.

Port de Bordeaux