Vie Portuaire
Le port de Saint-Malo veut rester optimiste et investit

Actualité

Le port de Saint-Malo veut rester optimiste et investit

Vie Portuaire

Les derniers mois ont été très compliqués pour le port de Saint-Malo. Comme de nombreuses autres places portuaires, le site breton, propriété de la région et géré par Edeis, a été frappé de plein fouet par les conséquences de la crise sanitaire. Il a également traversé une période de manifestations des dockers, suite à la liquidation judiciaire de la SMM et le licenciement de 34 personnes. Sur ce dernier point, Stéphane Perrin, conseiller régional représentant la région Bretagne et président du conseil portuaire, explique que « 25 d’entre eux ont été repris, 12 par l’Agence maritime malouine, 13 par Solent Stevedores, les autres ont tous été accompagnés dans une reconversion ». L’élu régional exprime une « très grande satisfaction » dans l’issue de cette situation qui « était bloquée depuis plusieurs années en réalité ».

Pour Edeis, qui a repris la concession du port de Saint-Malo le 1er janvier de cette année, le baptême du feu s’est déroulé dans des conditions pour le moins tempêtueuses. « -85% sur le trafic passagers et -40% pour les marchandises », détaille Jean-Baptiste Rible d’Edeis. « Ça a été compliqué dès le mois de mars avec la mise en place du confinement et l’arrêt des escales de Brittany Ferries et de Condor Ferries. Il y a eu la reprise le 17 juillet, pour laquelle nous avons aménagé les installations portuaires pour respecter le

Port de Saint-Malo