Vie Portuaire
Le port de Sète va enregistrer une croissance de trafic de 15% cette année

Actualité

Le port de Sète va enregistrer une croissance de trafic de 15% cette année

Vie Portuaire

Avec 3.75 millions de tonnes de marchandises traitées, Sète va voir son trafic augmenter de 15% cette année par rapport à 2014. Un très bon résultat, le meilleur enregistré depuis la transformation du port en établissement public régional (Port Sud de France) suite à son transfert à la région Languedoc-Roussillon en 2008 (le précédent record d’activité avait été établi en 2011 avec 3.6 millions de tonnes). Dans le même temps, le nombre d’escales a progressé de 8% et le chiffre d’affaires de 8% également. « Ces bons résultats sont le fruit d’une croissance de la majorité des trafics, cumulée au développement de nouvelles lignes », explique l’autorité portuaire.

Les marchandises diverses, avec 676.000 tonnes, affichent un bond de 60%. Une tendance qui s’explique par le développement d’une ligne régulière de transport de remorques en provenance de Turquie avec le groupe EKOL (12.000 remorques sur l’année) et la consolidation de la ligne conteneurs-roulier de Grimaldi vers l’Afrique, avec une escale tous les 20 jours. Le trafic de véhicules neufs est en augmentation (+5%), soutenu par les marques Ford et Renault, malgré le blocage des exportations vers l’Algérie.

Alors que les imports et exports de tourteaux ont augmenté de 16% (458.000 tonnes), la réouverture du marché turc a contribué à la croissance des exports de bétail (158.000 têtes, +28%). Grâce à un nouveau trafic en provenance du Chili et d’Espagne, le papier et la pâte à papier ont totalisé 108.000 tonnes (+25%). Le retour des approvisionnements de houille du groupe Ferropem ont, par ailleurs, représenté 80.000 tonnes.

Les voyants sont également au vert pour l’export du biodiesel produit par SAIPOL (240.000 tonnes, +20%), les besoins de l’usine nécessitant par ailleurs 96.000 tonnes d’huiles. Cela représente une augmentation de 65% mais l’année 2014 avait été très mauvaise. Il s’agit donc d’un retour à la normale.

Du côté des produits raffinés, les importations s’établissent cette année à 1.15 million de tonnes (+10%), ce qui représente selon le port un niveau d’activité minimum dans la mesure où 2014 avait été marquée par un arrêt technique de Sea-line pendant 3 mois.  

Les importations de vin ont, pour leur part, progressé de 12% pour atteindre 71.000 tonnes.

Enfin, parmi les bonnes nouvelles, le trafic passagers de Sète affiche une croissance de 8%, avec une stagnation de l’activité ferry vers le Maroc mais une forte progression de la croisière.

Certains trafics ont, en revanche, connu une année plus difficile. C’est le cas pour les céréales et le trafic d’engrais.

Investissements et nouvelles infrastructures

En matière d’investissements, Port Sud de France a mobilisé 4.5 millions d’euros en 2015, dont 2.5 pour le seul port de commerce, portant à 55 millions d’euros les sommes investies par l’établissement depuis sa création en 2008 (250 millions avec les investissements régionaux et ceux du secteur privé, ces derniers pesant pour 50%).

La fin de l’année 2015 aura été marquée par la livraison d’une nouvelle centrale biomasse et une usine d’estérification (SAIPOL) et deux chantiers majeurs sur le port. Le premier a vu le lancement des travaux du futur quai H, destiné en particulier au développement du trafic conteneurisé. Livrable à l’été 2016, il offrira un linéaire de quai de 467 mètres à une profondeur d’eau de 14.5 mètres (pouvant être portée à 15.5 mètres).

Les deux nouveaux postes à quai du môle Masselin ont, pour leur part, été mis en service au mois de mai. Ils ont permis de délocaliser l’activité ferry du bassin Colbert, destiné aux marchandises diverses, et de mieux répondre à l’évolution de la taille des navires de GNV (lignes vers le Maroc) et d’accueillir les paquebots.  

Une croissance de 5% attendue en 2016

Grâce à aux nouvelles infrastructures, le port de Sète compte poursuivre son développement. Pour 2016, il table sur une croissance de 5%. Cette hausse doit être portée par les activités vracs agro-alimentaires de SAIPOL et le développement de lignes short sea, avec notamment la consolidation des lignes EKOL et GNV. L’établissement vise au moins le maintien de l’activité sur ses autres trafics. 

Port de Sète