Vie Portuaire
Le port du Havre se prépare à l’ère de l’éolien offshore

Actualité

Le port du Havre se prépare à l’ère de l’éolien offshore

Vie Portuaire
Le terminal de Bougainville et le quai Joannès Couvert, des lieux emblématiques du port du Havre, ayant vu défiler les paquebots les plus prestigieux pour l’un et les premiers porte-conteneurs pour l’autre, sont tous deux en train de s’inscrire dans la nouvelle ère industrielle de la place normande, celle des énergies marines renouvables. Bientôt, les sites accueilleront les usines de production des turbines d’Areva – dont les machines de 8 MW vont équiper les futurs champs du Tréport et de Yeu-Noirmoutier récemment attribués à GDF Suez– ainsi que le site de construction des fondations gravitaires destinées aux éoliennes du champ de  Fécamp, attribué au consortium Eolien Maritime France mené par EDF-EN.
« Cet intérêt du port du Havre pour l’éolien offshore remonte au premier appel d’offres pour les champs français lancé par l’Etat en 2011 », détaille Emmanuel Ludot, directeur de la zone industrialo-portuaire du grand port maritime du Havre. Le port normand est proche des futures zones éoliennes françaises, mais également de celles du nord de l’Europe, dispose d’un excellent accès maritime et d’un savoir-faire local, tout en ayant  du foncier disponible… Logiquement, les industriels ne tardent pas à manifester leur intérêt.
 
 
Le cluster industriel local d'Areva
 
 
« Areva a eu comme idée de
Port du Havre Energies Marines Renouvelables Energie éolienne | Toute l'actualité sur l'éolien en mer