Défense
Le porte-avions brésilien São Paulo sort de refonte

Actualité

Le porte-avions brésilien São Paulo sort de refonte

Défense

L'ex-Foch de la Marine nationale a repris la mer fin décembre. Immobilisé un long moment, le porte-avions São Paulo a subi une importante refonte, comprenant notamment la réfection de son appareil propulsif. Ces travaux ont, semble-t-il, été réalisés avec le soutien de DCNS, qui a livré le navire à la flotte française en 1963. Outre les chaudières et les groupes turbopropulseurs, la refonte du porte-avions São Paulo a également porté sur la remise en état de ses deux catapultes à vapeur, ainsi que sur l'installation de nouveaux équipements. Trois nouveaux systèmes Simbad (deux missiles Mistral) semblent avoir été embarqués, complétant les deux lanceurs déjà présents. La modernisation a également concerné le système de communication par satellite et la guerre électronique. A l'issue de ses essais en mer, le bâtiment devrait accueillir son groupe aérien le mois prochain, afin de débuter l'entrainement des pilotes aux appontages et catapultages.
Sistership du Clemenceau, le Foch a été mis sur cale à Saint-Nazaire en 1957 et lancé trois ans plus tard. Il a ensuite été remorqué à l'arsenal de Brest pour achèvement. Admis au service actif en 1963, le porte-avions a cessé d'être armé par la Marine nationale à l'arrivée du Charles de Gaulle. Acheté par le Brésil en 2000, il a subi quelques modifications (débarquement de certains matériels) avant son transfert, en 2001. Long de 265 mètres pour un déplacement de près de 33.000 tonnes en charge, le São Paulo peut embarquer 18 avions Skyhawk et 16 hélicoptères.