Défense
Le porte-avions Charles de Gaulle appareillera de Toulon dimanche

Actualité

Le porte-avions Charles de Gaulle appareillera de Toulon dimanche

Défense

Initialement prévu vendredi, le départ du porte-avions nucléaire français a été repoussé à dimanche, en fin de matinée. Le navire, qui a effectué la semaine dernière une sortie d'entraînement de trois jours, doit faire le plein de vivres, d'équipements et de munitions avant de mettre le cap sur l'océan Indien. Opération très lourde, l'embarquement du complément logistique prévoit le chargement de 350 tonnes de vivres sur 1000 m2 de réserves et chambres froides. Armé par 1950 marins, le Charles de Gaulle « consomme », quotidiennement, quelques 800 kilos de viande, 900 kilos de légumes et une demi-tonne de pain, pour ne citer que les denrées les plus courantes. Le stock initial doit permettre au bâtiment d'être autonome durant 45 jours.
En dehors de l'avitaillement, le déploiement du Charles de Gaulle nécessite l'installation des moyens, notamment informatiques, destinés à l'état-major embarqué. Celui-ci comprend, pour cette mission, une centaine de militaires, soit sensiblement plus que les années précédentes.

500 tonnes de munitions

Dans le même temps, quelques 500 tonnes de munitions rejoindront les soutes. En dehors des missiles Aster 15 et Mistral assurant l'autodéfense, le porte-avions dispose d'un important arsenal de bombes et missiles en tous genres. On y trouve, notamment, les redoutables Exocet AM 39 antinavires, des bombes guidées laser et des missiles air-air Magic 2 et Mica, sans oublier les missiles nucléaires ASMP, destinés aux avions d'assaut Super Etendard. A son départ de métropole, le Charles de Gaulle disposera d'un groupe aérien constitué de 28 avions, 16 Super Etendard, 10 Rafale (F1) et Hawkeye. Les deux premiers Rafale au standard F2, c'est-à-dire capables de mener des assauts contre la terre, doivent, par ailleurs, rejoindre le porte-avions au cours de sa mission. Ces deux appareils, en cours d'expérimentation, ont apponté pour la première fois sur le navire en fin d'année dernière. Côté hélicoptères, 5 appareils seront à bord. Outre les 3 Dauphin Pedro et Alouette III de l'aéronavale, l'armée de terre diposera d'un Puma et l'armée de l'air d'un Puma CSR (Combat Search and Rescue).

Mission de présence et de soutien aux troupes engagées en Afghanistan

Au cours de la mission GAN 07, qui le conduira jusqu'en mai en mer Rouge, au large de la corne d'Afrique, du détroit d'Ormuz et du Pakistan, le Charles de Gaulle assurera la présence de la France dans la région. Différents exercices sont prévus avec les marines alliées, ainsi qu'une phase d'opérations de plusieurs semaines, entre mi-mars et mi-avril, au cours de laquelle le groupe aérien doit survoler le territoire afghan. Les avions, notamment les Super Etendard, assureront des missions d'appui au profit des troupes alliées, engagées au sol contre les talibans. Grâce aux ravitaillements en vol, les flottilles du Charles de Gaulle peuvent intervenir à plus de 1200 kilomètres du navire. Au fil des semaines, le porte-avions sera accompagné de différents bâtiments, cette force constituant la TF 473. Se relayeront, jusqu'en mai, les frégates Cassard, Dupleix et Tourville, le sous-marin nucléaire d'attaque Casabianca, les bâtiments de commandement et de ravitaillement Marne et Somme, ainsi que le destroyer lance-missiles espagnol Blaz de Leso et, sans doute, une frégate britannique.
______________________________________________

- Voir notre article sur le local Préparation Munitions du Charles de Gaulle

- Voir notre article sur le service restauration du porte-avions


Marine nationale