Défense
Le porte-avions Charles de Gaulle quittera la métropole le 8 février

Actualité

Le porte-avions Charles de Gaulle quittera la métropole le 8 février

Défense

Le porte-avions Charles de Gaulle doit appareiller de Toulon le 8 février pour une mission de plusieurs mois outre-mer. La destination finale de ce déploiement, l'ultime avant une « parenthèse aéronavale » d'au moins 18 mois, n'est pas encore déterminée. Atlantique ou océan Indien, le contexte stratégique international déterminera la zone où croisera le bâtiment et son groupe aéronaval. Il ne serait, toutefois, pas étonnant qu'une mission en océan Indien soit retenue, comme l'an passé, pour permettre à la France de « montrer » son principal outil de projection de puissance avant le grand carénage du porte-avions, qui débutera en juillet 2007. Pour l'heure, l'escorte prévue pour accompagner le Charles de Gaulle est constituée de la frégate antiaérienne Cassard, de la frégate anti-sous-marine Dupleix et d'un sous-marin nucléaire d'attaque, cette force étant soutenue par le bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne. La composition de la Task Force pourra, toutefois, évoluer d'ici son appareillage. Alors que l'essentiel des opérations aériennes menées ces dernières années au cours d'interventions internationales l'ont été depuis la mer, avec l'Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparations (IPER) du Charles de Gaulle, à compter de juillet 2007 et jusqu'à début 2009, l'Europe ne disposera pas, pour la première fois depuis la fin des années 30, de la capacité de déployer ne serait-ce qu'un porte-avions en cas de crise internationale (*).
_____________________________________________

(*) Si l'on excepte les quatre petits porte-aéronefs britanniques, espagnol et italien, dont les capacités sont bien plus limitées que celles d'un porte-avions comme le Charles de Gaulle. Ces bâtiments ne peuvent, à eux seuls, assurer une intervention outre-mer d'envergure.

Marine nationale