Défense
Le porte-avions Charles de Gaulle reprend la mer

Actualité

Le porte-avions Charles de Gaulle reprend la mer

Défense

On n'avait plus vu ça depuis près de 17 mois ! A l'issue de son premier arrêt technique majeur depuis sa mise en service, en 2001, le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle doit reprendre lundi prochain (10 novembre). Au programme : 10 jours d'essais destinés à vérifier les capacités nautiques du navire, doté notamment de nouvelles hélices. DCNS, maître d'oeuvre de l'énorme chantier d'entretien, qui a duré 13 mois et nécessité 2 millions d'heures de travail, en profitera pour effectuer différents réglages. Cette première sortie est tout aussi importante pour l'équipage, dont une grande partie a été renouvelée durant le passage en cale sèche du bâtiment. Il faut, comme on dit dans la marine, se « rapproprier le bateau ». Après ces premiers essais ne concernant que la plateforme, il sera temps, à partir de la fin novembre, de débuter les essais aéronautiques. Là encore, la remontée en puissance sera très progressive, les avions de l'aéronautique navale n'ayant pas apponté sur le Charles de Gaulle depuis juin 2007. Ce sont donc les pilotes les plus expérimentés qui inaugureront la piste fraîchement refaite du bâtiment. Dans le courant de l'hiver, les manoeuvres aériennes s'intensifieront et, au printemps, les jeunes pilotes sortis de formation sur l'année et demi écoulée (une vingtaine) pourront obtenir leur qualification en mer.
En parallèle, il faudra mener à bien la remontée en puissance du groupe aéronaval, c'est-à-dire de permettre au porte-avions et à ses navires d'accompagnement de réapprendre à travailler ensemble. Des exercices seront ainsi conduits début 2009 avec frégates, ravitailleurs et sous-marins.
A la fin du printemps, après une longue période de remise à niveau, le Charles de Gaulle sera de nouveau pleinement opérationnel et pourra être déployé outre-mer. Il pourra mettre en oeuvre, pour la première fois, les avions de combat Rafale au standard F3, capables de délivrer l'armement nucléaire ASMP-A, le missile antinavire Exocet AM39 et un pod de reconnaissance.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française