Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Le premier catamaran de débarquement égyptien rejoint Saint-Nazaire

Défense

La batellerie des deux bâtiments de projection et de commandement achetés à la France par l’Egypte sera bientôt au complet à Saint-Nazaire. Conçus par CNIM et réalisés par Socarenam (coque à Saint-Malo et armement à Boulogne), les deux catamarans de débarquement du type L-CAT destinés aux BPC Gamal Abdel Nasser et Anwar al-Sadat sont achevés. Le premier a quitté Boulogne-sur-Mer par ses propres moyens en fin de semaine dernière et, après deux brèves escales à Cherbourg et Brest, est arrivé hier dans l’estuaire de la Loire. Il sera suivi dans environ un mois et demi par son sistership.

 

 

En service depuis 2012 au sein de la marine française, qui en a acquis quatre exemplaires nommés Engins de débarquement amphibie rapides (EDAR), les L-CAT sont des catamarans en aluminium de 30 mètres de long pour 12.6 mètres de large, capables d’atteindre la vitesse de 30 nœuds à vide et 18 nœuds en charge. Disposant de rampes à l’avant et à l’arrière, permettant les opérations roll-on roll-off, leur plateforme centrale, élévatrice, peut supporter une charge de 80 tonnes et accueillir des soldats, du fret et des véhicules, y compris un char lourd.

 

BPC et EDAR français (© MARINE NATIONALE)

BPC et EDAR français (© MARINE NATIONALE)

Débarquement d'un char AMX10 depuis un EDAR français (© MARINE NATIONALE)

Débarquement d'un char AMX10 depuis un EDAR français (© MARINE NATIONALE)

 

Sur les BPC égyptiens, ces engins complèteront les quatre chalands de transport de matériel de nouvelle génération (CTM NG), conçus par DCNS et réalisés par la filiale lorientaise de STX France, qui a construit les BPC à Saint-Nazaire. Dotés d’une coque en acier, les CTM NG mesurent 26.5 mètres de long pour 6.5 mètres de large. La capacité d’emport est de 65 tonnes, soit un char de bataille ou deux véhicules blindés lourds ou encore trois véhicules blindés plus légers. Dotés d’une rampe à l’avant et à l’arrière, permettant comme les L-CAT des manœuvres ro-ro, les CTM NG peuvent atteindre la vitesse de 12 nœuds en charge.

 

CTM NG à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

CTM NG à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

 

CTM NG lors de ses essais en 2014 (© STX FRANCE)

CTM NG lors de ses essais en 2014 (© STX FRANCE)

BPC et CTM NG égyptiens à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

BPC et CTM NG égyptiens à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Concernant les BPC, qui ont été comme leur batellerie initialement réalisés pour la Russie avant l’annulation du contrat à l’été 2015 et la reprise des bateaux par l’Egypte, ils ont bénéficié d’un passage en cale sèche à Saint-Nazaire. Cet arrêt technique a permis de les remettre en conditions opérationnelles. Le premier équipage, fort d’environ 170 marins, est actuellement en formation sur place, sous la houlette des industriels (DCNS, STX France) et de DCI Navfco. CNIM assure pour sa part la formation des personnels qui mettront en oeuvre les L-CAT (l'engin qui vient de rallier Saint-Nazaire était manoeuvré par une équipe de CNIM, qui en a profité pour former plusieurs marins égyptiens pendant le transit). 

 

Les BPC égyptiens à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Les BPC égyptiens à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

La livraison du premier BPC, qui débutera une campagne d'entrainement en mer le mois prochain, est prévue au début de l’été, celle du second devant intervenir trois mois plus tard. La marine égyptienne n’a pas encore officialisé le nom de ses deux nouveaux fleurons, qui doivent être nommés Gamal Abdel Nasser et Anwar al-Sadat (*), en hommage aux deux anciens présidents égyptiens. Une information corroborée par les lettres GN et AS peintes sur les coques de la batellerie, un L-CAT et deux CTM NG étant affectés à chacun des deux bâtiments. 

Longs de 199 mètres et affichant un déplacement de 21.000 tonnes en charge, les BPC pourront mettre en œuvre une vingtaine d’hélicoptères (dont des Ka-52K achetés à la Russie), embarquer une centaine de véhicules et environ 450 soldats pour des opérations amphibies et aéromobiles. Leur radier peut accueillir deux L-CAT, quatre CTM NG ou un panachage constitué d’un L-CAT et deux CTM NG. Dotés d’importantes infrastructures de commandement, permettant de gérer une opération interarmées de grande envergure, ces bâtiments disposent également de vastes installations hospitalières pour assurer le soutien médical d’une opération militaire ou intervenir dans le cadre d’une mission humanitaire. 

(*) ex-Vladivostok et ex-Sevastopol russes

 

(© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

(© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Naval Group (ex-DCNS) Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) CNIM