Marine Marchande
Le président de la SNCF croit « en l'avenir de SeaFrance »

Actualité

Le président de la SNCF croit « en l'avenir de SeaFrance »

Marine Marchande

Le président de la SNCF, actionnaire à 100% de SeaFrance via sa filiale SNCF Participations, est revenu dans les colonnes de Nord Littoral sur les graves difficultés que traverse la compagnie maritime. Guillaume Pépy ne nie pas les problèmes mais montre son attachement à l'armement, spécialisé sur la ligne Calais - Douvres. « La SNCF reste très attachée à SeaFrance », explique au journal le patron de la SNCF, affirmant qu'il « croi(t) en l'avenir de SeaFrance ». Avec, selon Nord Littoral, un déficit de plus de 20 millions d'euros en 2008, la compagnie va faire l'objet d'un plan de redressement. Ses comptes ont, en effet, été impactés par les dernières acquisitions, soit trois nouveaux ferries depuis 2003, par le ralentissement du trafic transmanche suite à la crise, et enfin par la parité euro/livre sterling. La monnaie anglaise a, ainsi, perdu la moitié de sa valeur en trois ans. « Quand on sait que nos recettes se font dans la monnaie britannique et nos dépenses en euro, cela constitue un véritable choc », souligne Guillaume Pépy. Le président de la SNCF estime donc qu'il faut réagir face à cette situation mais aussi, « pour redresser la barre, adapter la flotte de la compagnie. Pour cela, des négociations sont actuellement en cours avec les différents partenaires sociaux ».
Dans la région de Calais, où SeaFrance est le premier employeur privé, les conséquences du plan de redressement, dont on attend l'officialisation des contours, suscite une vive inquiétude. On évoque plusieurs centaines de suppressions de postes accompagnant une éventuelle réduction de la flotte, qui a aligné jusqu'à six ferries ces dernières années.
________________________________________

- Voir l'interview de Guillaume Pépy sur le site de Nord Littoral

My Ferry Link (ex-SeaFrance)