Défense
Dernière mission du Primauguet. Interview du commandant Pilfert

Interview

Dernière mission du Primauguet. Interview du commandant Pilfert

Défense

Après 33 ans de bons et loyaux services, la frégate anti-sous-marine Primauguet est rentrée hier à Brest au terme de sa dernière mission opérationnelle. Un ultime déploiement débuté le 7 janvier dernier et qui a pris le nom de « La Cordelière », en hommage au vaisseau du commandant breton Hervé de Portzmoguer (« Primauguet » est son nom francisé) disparu en 1512 lors d’un combat épique contre une flotte anglaise autour de la rade de Brest.

Commandé par le capitaine de vaisseau Yves-Pierre Pilfert, le Primauguet, avec un équipage de 231 marins, n’a pour sa dernière mission pas fait de la représentation. Restée hautement active jusqu’à la fin, avec 220 jours d’absence de son port base depuis le 1er janvier 2018, la frégate, mise en service en février 1986, était en mission hivernale dans rudes eaux de l’Atlantique nord, de la Norvège l’Amérique du nord, en passant par l’Islande. Elle a aussi évolué en Baltique et jusqu’au Maroc, multipliant les échanges et exercices avec des marines alliées, tout en surveillant la ZEE de Saint-Pierre et Miquelon et, bien sûr, en participant à la fonction « connaissance et anticipation » dans le Grand Nord, une zone de déploiement devenue quasi-permanente pour la Marine nationale.

 

Le Primauguet évoluant en janvier avec le sous-marin norvégien Urred (© : MARINE NATIONALE)

Le Primauguet évoluant en janvier avec le sous-marin norvégien Urred (© : MARINE NATIONALE) 

 

Dernier commandant du Primauguet, dont il a pris la barre en juillet dernier, Yves-Pierre Pilfert détaille à Mer et Marine le contenu de cette dernière mission et les enjeux stratégiques de la présence navale

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française