Marine Marchande
Le procès des pirates du Tribal Kat s’est ouvert à Paris

Actualité

Le procès des pirates du Tribal Kat s’est ouvert à Paris

Marine Marchande

Sept somaliens comparaissent depuis mardi devant la cour d’Assises de Paris pour « détournement de navire ayant entrainé la mort », une infraction passible de la réclusion criminelle à perpétuité. Ils sont impliqués dans l’attaque du catamaran de plaisance français Tribal Kat, le 8 septembre 2011 et dans la mort de Christian Colombo. Le retraité varois s’était lancé avec son épouse Evelyne dans un tour du monde à bord de leur bateau de 16 mètres.

Alors que la piraterie était dans une de ses phases les plus aigües à la corne de l’Afrique, ils ont appareillé, le 3 septembre 2011, du port d’Aden vers Oman. Cinq jours plus tard, un appel de détresse en provenance du Tribal Kat est capté. Une frégate allemande de la force Atalante, en patrouille sur zone, retrouve le voilier abandonné quelques heures plus tard. Le lendemain, un bâtiment espagnol découvre un esquif avec des hommes menaçant Evelyne Colombo d’une arme. L’assaut sera donné deux jours plus tard, tuant deux pirates et permettant la libération d’Evelyne Colombo. Son mari aurait, quant à lui, été exécuté et jeté à la mer par les pirates. Ces derniers, appréhendés, ont été tranférés et emprisonnés en France.

Les sept accusés ont de 25 à 32 ans. Ils vont comparaître jusqu’au 15 avril dans le dernier procès en piraterie en France, après ceux du Ponant, du Carré d’As et du Tanit.

Piraterie