Vie Portuaire
Le projet de fermeture de la raffinerie des Flandres confirmé

Actualité

Le projet de fermeture de la raffinerie des Flandres confirmé

Vie Portuaire

Total a confirmé et détaillé hier, en Comité Central d'Entreprise, son projet de fermeture de la raffinerie des Flandres. Malgré la mobilisation de ces derniers mois, les salariés ne sont donc pas parvenus à faire changer d'avis la direction concernant le site, qui traitait annuellement 7 millions de tonnes de pétrole brut. « L'effondrement de la consommation de produits pétroliers en France, en Europe et aux Etats-Unis contraint le Groupe à adapter ses capacités de raffinage, en particulier dans le Nord de la France. En 2009, l'établissement des Flandres a enregistré plus de 130 millions d'euros de pertes. Sa production a été stoppée en septembre 2009. Faute de perspectives solides, un redémarrage des opérations de raffinage sur ce site n'est plus envisageable », explique Total. Le projet présenté en CCE prévoit l'arrêt de l'activité de raffinage, conduisant à un démontage progressif des unités qui pourrait durer jusqu'à 2013. En attendant la montée en puissance de nouveaux projets, la fermeture de la raffinerie pourrait coûter à Dunkerque son titre de troisième place portuaire nationale en tonnage (au profit de Calais).

Reconversion du site

Total s'est engagé à ne procéder à aucun licenciement pour l'ensemble des 370 salariés de la raffinerie, qui serait reconvertie en dépôt pétrolier. En parallèle, un centre de formation aux métiers du raffinage et un centre d'assistance technique aux opérations de raffinage seraient créés. Cela permettrait de maintenir sur le site 240 postes.
Le centre d'assistance emploierait 180 personnes. Il aurait pour principales missions d'apporter l'assistance technique

Total | Actualité maritime du groupe énergétique français Port de Dunkerque