Science et Environnement
Le projet de Jacques Rougerie et Vinci retenu pour le Grand Nausicaà

Actualité

Le projet de Jacques Rougerie et Vinci retenu pour le Grand Nausicaà

Science et Environnement

Le plus grand aquarium d’Europe et l’un des plus imposants du monde. C’est ce que va devenir Nausicaà, le Centre national de la mer implanté dans le nord de la France. Samedi, la Communauté d’agglomération de Boulogne-sur-Mer a annoncé le choix du lauréat du projet Grand Nausicaà. Le design proposé par l’architecte français Jacques Rougerie a été retenu, le groupe Vinci, via sa filiale Sogea, étant chargé des travaux. D’un coût de 85 millions d’euros, le chantier doit s’achever en 2018 et permettra à Nausicaà de voir sa capacité passer de 600.000 à un million de visiteurs par an. « J’ai pensé à un bâtiment qui englobe le Nausicaà actuel avec deux coques, deux carapaces qui se rencontrent et prenant la forme d’une raie Manta », explique Jacques Rougerie, dont les propos sont rapportés par nos confrères de la Voix du Nord. La pièce maîtresse de la nouvelle structure sera un gigantesque aquarium de 9500 m3. Il y aura également un pôle images et spectacles, ainsi que plusieurs espaces thématiques, dédiés notamment à la haute mer et aux rivages. Le projet, qui vise selon Daniel Percheron, président de la région Nord Pas-de-Calais, à faire de Nausicaà le « Louvre de la Mer », prévoit également de reconstituer un village du pôle nord.  Elu local et secrétaire d’Etat aux Transports et à la Mer, Frédéric Cuvillier s’est félicité samedi de l’annonce de l’équipe lauréate et des retombées que le futur équipement aura sur le Boulonnais : « Un projet à la hauteur des ambitions pour le Boulonnais, pour la Côte d'Opale et la Région Nord-Pas-de-Calais, qui vise à faire de Nausicaà un véritable ambassadeur mondial de la Mer et à donner à notre territoire une dimension touristique d'exception, en renforçant considérablement le rôle de "locomotive" économique que joue déjà aujourd'hui le Centre de la Mer de par les retombées engendrées ». Ainsi, grâce au nouveau centre et l’augmentation du nombre de visiteurs, les acteurs locaux espèrent quelques 50 millions de retombées annuelles sur l’économie locale, contre 30 millions aujourd’hui. 

Port de Boulogne