Vie Portuaire
Le Projet stratégique du Grand Port Maritime de Bordeaux

Actualité

Le Projet stratégique du Grand Port Maritime de Bordeaux

Vie Portuaire

Réuni le lundi 6 avril sous la présidence de Jean-Paul Sandraz, le Conseil de Surveillance du Grand Port Maritime de Bordeaux a adopté le projet stratégique de l'Etablissement élaboré conformément à la loi du 4 juillet 2008, après avis du Conseil de Développement, présidé par Patrick Thomas et du Conseil Scientifique de l'Estuaire de la Gironde, présidé par Benoît Sautour. Ce projet stratégique s'ouvre sur l'état des lieux du port (son environnement, ses activités, sa situation financière) et dresse le bilan et les acquis du précédent projet d'entreprises :

- l'amélioration du tirant d'eau, essentiel pour garantir les accès au port,

- l'amélioration des infrastructures portuaires (notamment pour le pôle pétrochimique d'Ambès et le traitement des vracs à Bassens) et la modernisation des outillages qui ont permis d'améliorer le fonctionnement et la productivité du port,

- le développement des investissements privés sur Bassens,

- la mise en place d'une politique environnementale exigeante, au travers notamment d'un partenariat renouvelé avec la communauté scientifique, la préparation d'une certification Eco-port, la gestion des déchets,

- la définition d'une véritable politique foncière faisant place, non seulement aux espaces à vocation portuaire, mais prenant en compte la valorisation des sites urbains en relation avec les collectivités locales (transfert à la ville de Bordeaux de 33 ha en rive droite pour permettre l'aménagement du parc aux angéliques) et s'impliquant dans la gestion des sites naturels à forts enjeux environnementaux (transfert de plus de 1500 ha, sur la rive droite de l'estuaire, au Conservatoire du Littoral).

Le projet stratégique souligne les handicaps du port, et parmi eux :

- son hinterland limité et peu industrialisé, limitant fortement son développement,

- un chenal exigeant, tant du point de vue de la navigabilité que des enjeux environnementaux qui y sont associés,

- une situation financière fragile, avec notamment une capacité d'autofinancement insuffisante.

Il met également en exergue ses forces et les opportunités à saisir :

- un outil performant et un partenariat fermement établi avec la communauté portuaire locale et le secteur privé

- le soutien affirmé des collectivités locales, qui se traduit notamment dans le contrat de projet 2007/2013 (Etat : 12,1 M€ ; Collectivités locales et Feder : 19,5 M€ ; GPMB : 21 M€)

- le potentiel foncier du Verdon pour le développement de ce port en eaux profondes

- la saturation routière et l'encouragement au report modal , notamment maritime.

Le projet stratégique 2009/2013 : l'ambition d'un développement équilibré, conciliant les enjeux économiques, environnementaux et sociaux


Le projet stratégique 2009/2013 s'inscrit dans le cadre porteur du précédent bilan, et ambitionne de traiter 10 Millions de tonnes sur son hinterland (hors implantation énergétique nouvelle majeure) - à comparer aux 8 à 9 Mt actuels - retrouvant ainsi son niveau d'activité des années 80, en captant mieux les trafics routiers de transit et en bénéficiant de la croissance démographique de la région .

Il s'articule autour de trois grands axes stratégiques, eux même traduits en 36 chantiers, d'ores et déjà opérationnels.

Axe 1 : Poursuivre le développement du trafic maritime et l'optimisation de l'outil portuaire

Il s'articule autour des 3 enjeux suivants :

- améliorer les accès terrestres aux sites portuaires, notamment sur la presqu'île d'Ambès (plateforme intermodale de Sabarrèges et sécurisation des axes routiers) et pour le port du Verdon,

- améliorer la performance de l'exploitation au service du développement du trafic, notamment par :

o la réussite de la réforme portuaire en relation avec les opérateurs privés,
o la poursuite de l'amélioration des infrastructures portuaires (moderniser le poste pétrolier 511 d'Ambès, développer le terminal à granulats de Grattequina, adapter l'appontement du Verdon dans l'hypothèse où un projet de poste méthanier y serait autorisé),
o l'amélioration continue de l'accès des navires (sécuriser la passe de l'ouest) o la valorisation industrielle de la forme de radoub de Bassens,
o l'offre de prestations de maintenance compétitives et durables,
o un véritable leadership dans les systèmes d'information portuaires,

- améliorer les conditions de sûreté et de sécurité, au service des activités portuaires, en confortant la capitainerie dans son rôle d'autorité portuaire et en garantissant que chaque installation répond aux règlementations et normes internationales (plan de sûreté portuaire, contrôle des accès aux sites ..)

Axe 2 : Développer et aménager le domaine portuaire dans le cadre d'un développement durable

La réforme portuaire confie au port, en pleine propriété, le domaine portuaire dont il n'était jusqu'alors que gestionnaire pour le compte de l'Etat, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pour la mise en valeur de son patrimoine :

- évoluer vers un rôle d'aménageur du domaine portuaire et être acteur de la préservation des espaces naturels.
A cet égard, les projets les plus emblématiques identifiés dans les différents chantiers sont :

- la conduite d'un aménagement concerté du site du Verdon, visant un développement industrialo-portuaire respectueux des enjeux environnementaux du site
- l'aménagement des bassins à flots, en relation avec le projet urbain porté par la Ville de Bordeaux et la CUB,
- la poursuite des aménagements des sites de la presqu'île d'Ambès, y compris grâce à une politique d'acquisitions foncières nouvelles et une intégration réussie des interfaces ville/port
- la poursuite d'une politique active de gestion des espaces naturels, en relation avec le conservatoire du littoral.

- promouvoir le GPMB comme un véritable outil de développement économique et social, en étant exemplaire en matière d'environnement.
Le GPMB doit poursuivre et conforter son action de promotion de la place portuaire, en relation étroite avec celle-ci.
Il doit contribuer aux enjeux du développement durable, notamment au travers de la gestion de ses sites portuaires (certification EcoPort), la promotion de toutes solutions encourageant le report modal de la route vers la voie d'eau ou le fer, la réalisation d'aménagements ou de travaux respectueux des contraintes environnementales.

Le port doit poursuivre ses collaborations avec la communauté scientifique, être partie prenante des dispositifs et instances relatifs à la gestion environnementale de l'Estuaire et, à ce titre, participer activement au conseil scientifique de l'Estuaire.

Axe 3 : Renouveler la Gouvernance et le dispositif de pilotage

Le Port doit mettre en place un mode de gouvernance efficient et à l'écoute de la communauté portuaire,

- en étant porteur d'un projet dynamique pour le GPMB et la place portuaire,
- en renforçant les liens avec l'Etat,
- en faisant du port un outil de développement au service de l'activité économique locale et régionale,
- en soutenant l'investissement productif,
- en faisant évoluer la gestion des ressources humaines et du dialogue social sans « laisser personne sur le bord du quai » grâce à un dialogue social constructif et innovant et grâce au développement d'un outil financier et budgétaire garantissant des marges de manoeuvre suffisantes.

Dans le cadre de ce projet stratégique, un schéma a été retenu pour l'exploitation des outillages prévues par la loi de juillet 2008 et pour lequel un accord cadre a été conclu avec les partenaires sociaux au plan national, le 30 octobre dernier.

Pour les activités de maintenance, une filiale autonome doit être construite. Compétitive sur le marché, elle aura pour objectif de développer un portefeuille d'activités équilibré et pérenne (entretien des dragues, des grues pour des tiers, maintenance industrielle, réparation industrielle et navale, travaux neufs...).

Le montant total des investissements prévus dans le projet stratégique, pour la période 2009 - 2013, atteint la somme de 98,3 M€ et retient une participation de l'Etat (21,2 M€) ainsi que de l'Europe et des Collectivités territoriales (28,5 M€).

Enfin, cette période doit voir la construction et l'installation du siège social du GPMB sur le site de Bacalan.

Port de Bordeaux