Défense
Le Qatar s’intéresserait aux frégates françaises

Actualité

Le Qatar s’intéresserait aux frégates françaises

Défense

Le riche Etat pétrolier du golfe Persique a décidé de renforcer significativement sa marine. Alors que celle-ci ne compte pour l’heure, comme unités principales, que sept patrouilleurs lance-missiles de  56 mètres (trois La Combattante III et quatre Vita) construits dans les années 80 et 90, le Qatar a passé commande fin mars de six unités de 50 mètres de la gamme Stan Patrol de Damen, qui seront réalisés localement par le chantier NDSQ (société commune du groupe néerlandais et du groupe qatari Nakilat), qui réalisera également un navire de support de plongée de 50 mètres.

Mais  l’émirat ne souhaite pas s’arrêter là. Il veut aussi disposer de véritables unités de combat, en clair des frégates de premier rang, afin de protéger ses intérêts et affirmer sa puissance militaire dans la région. Dans cette perspective, les Qataris s’intéresseraient aux frégates du groupe français DCNS, a révélé cette semaine La Tribune.

 

 

Une version dérivée des Formidable singapouriennes

 

 

Mais il n’irait pas jusqu’à opter pour des FREMM, bâtiments surdimensionnés pour une jeune marine. Doha s’intéresserait plutôt à une version dérivée des six frégates singapouriennes de la classe Formidable. Réalisés dans le cadre du programme Delta, ces bâtiments, livrés entre 2007 et 2009, sont l’ultime évolution des La Fayette françaises. Conçues par DCNS, qui a réalisé la tête de série à Lorient (les autres l’ont été en transfert de technologie à Singapour), les Formidable mesurent 114.8 mètres de long et présentent un déplacement de 3200 tonnes en charge. Malgré ce petit gabarit comparé à celui des FREMM (142 mètres pour 6000 tonnes), les

Naval Group | Actualité industrie navale de défense