Disp POPIN non abonne!
Défense
Le quatrième B2M a rejoint Brest

Actualité

Le quatrième B2M a rejoint Brest

Défense

Destiné aux Antilles, le Dumont d’Urville, quatrième et dernière unité du programme des bâtiments multi-missions (B2M) de la Marine nationale, a quitté le chantier Piriou de Concarneau et rejoint Brest le 9 janvier. Après ses essais, il va connaître une période d’entrainement de son équipage et de vérification de ses capacités militaires. A l’issue, le Dumont d’Urville doit rejoindre au printemps la base de Fort-de-France, en Martinique, où arrivera également en fin d'année un nouveau patrouilleur, La Combattante, en achèvement au chantier boulonnais Socarenam. 

 

Le Dumont d'Urville arrivant à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le Dumont d'Urville arrivant à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le Dumont d'Urville arrivant à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le Dumont d'Urville arrivant à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le Dumont d'Urville arrivant à Brest (© MICHEL FLOCH)

Le Dumont d'Urville arrivant à Brest (© MICHEL FLOCH)

 

Destinés aux territoires ultramarins, où ils succèdent aux anciens bâtiments de transport légers (Batral) aujourd’hui désarmés, les B2M ont été commandés en 2014 pour les trois premiers et en 2017 pour le quatrième. Le programme est industriellement porté par Kership, société commune de Piriou et Naval Group.

La tête de série, le D’Entrecasteaux, a rejoint sa base de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, en juillet 2016. Son premier sistership, le Bougainville, a rallié Papeete (Polynésie française) en décembre de la même année alors que le troisième bâtiment, le Champlain, est arrivé en juin 2017 à La Réunion.

Les trois premiers ont été construits en Bretagne, la coque du quatrième étant quant à elle sous-traitée au chantier polonais Crist, qui avait produit des blocs pour ses aînés. Un montage imposé par le fait que les capacités industrielles de Piriou étaient à l’époque saturées. La coque du Dumont d’Urville avait été remorquée en mars 2018 depuis Gdansk jusqu’à Concarneau, où elle a été armée.

Spécialement conçus pour évoluer dans les grands espaces maritimes ultramarins, les B2M  mesurent 65 mètres de long pour 14 mètres de large et affichent un déplacement de 2300 tonnes en charge. Très robustes et endurants, avec un design inspiré des navires de service à l’offshore, ces bâtiments, capables d’atteindre 14 nœuds, offrent une autonomie de 5000 milles à 12 nœuds et des vivres pour 30 jours d’opération (avec 40 personnes à bord). Ils se distinguent aussi par leur polyvalence, leur permettant d’assurer dans le cadre de la sauvegarde maritime un très large panel de missions, tant militaires qu’interministérielles : présence, surveillance et protection des intérêts français et des territoires nationaux outre-mer, en particulier les zones économiques exclusives, assistance de navires en difficulté et sauvetage en mer, lutte contre la pollution maritime, projection de forces en appui de la police, de la gendarmerie et de l’armée de terre ; assistance et secours aux populations sinistrées ; ou encore soutien logistique avec par exemple du transport de fret au profit des collectivités territoriales françaises.

- Voir notre reportage sur le D'Entrecasteaux

 

Marine nationale Piriou Naval Group (ex-DCNS)