Divers
Le rapprochement DCN–Thales attendu en septembre

Actualité

Le rapprochement DCN–Thales attendu en septembre

Divers

L’annonce tant attendue devrait être officialisée en septembre. Le projet, qui devait être bouclé en juillet, a une nouvelle fois été retardé, mais DCN et Thales sont proches de l’accord. A défaut d’un contrat de mariage, il s’agit plutôt de fiançailles. Le schéma actuellement privilégié consisterait en une prise de participation de Thales dans le capital de DCN (autour de 35%). En contrepartie, le groupe d’électronique pourrait vendre sa filiale navale aux anciens arsenaux. Le problème majeur reste la direction du nouvel ensemble. Thales a longtemps réclamé le co-contrôle que refusait DCN, avec l’appui du ministère de la Défense. L’électronicien pourrait sans doute se contenter d’un droit de veto.

Remodelage de l’EADS Naval

Depuis deux ans, Paris et Berlin avaient misé sur l’axe franco-allemand pour parvenir à la constitution d’un Airbus Maritime. Alors que de l’autre côté du Rhin, les rapprochements sont allé bon train avec le rachat des chantiers HDW par Thyssen Krupp, les discussions se sont finalement enlisées, là encore, pour des questions de leadership. DCN, n°1 européen du naval militaire, peut, à juste titre, réclamer le contrôle du futur ensemble mais les Allemands, qui ont déjà laissé aux Français la direction d’EADS, refusent de faire de même pour le secteur naval. Compte tenu des exigences de son partenaire historique, Paris s’orienterait vers un plan B, en l’occurrence, intégrer en premier les chantiers portugais et surtout espagnol, puisque Navantia (ex-Izar), vient d’achever sa restructuration. Le groupe espagnol devrait voir son chiffre d’affaire monter à 1,7 milliard d’euros en 2005. Le rapprochement avec le géant allemand de la défense n’est toutefois pas abandonné et Jean-Marie Poimboeuf, patron de DCN, espère toujours que les noces pourront être célébrées en 2008.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense