Vie Portuaire
Le régime juridique des navires et marins abandonnés

Analyse

Le régime juridique des navires et marins abandonnés

Article gratuit
Vie Portuaire
Marine Marchande

Après avoir connu une série d’abandons de navires à la fin des années 1990 et au début des années 2000, notamment liée à la faillite d’anciens armements de l'ex-URSS, les ports français ont connu une reprise de ce phénomène depuis le début de la crise économique de 2008. La solution radicale de traitement des navires qui prévalait jusqu’à il y a une quinzaine d’années, à savoir l’ « océanisation » des navires, n’étant désormais plus acceptable juridiquement et médiatiquement, d’autres méthodes doivent être utilisées pour traiter ces situations, qui consistent à revendre le navire à l’issue de procédures complexes de déchéance de propriété, ou de vente judiciaire. Les lenteurs et blocages constatés dans l’accomplissement de ces procédures ont entrainé des séjours très prolongés pour la plupart des navires abandonnés dans nos ports. Des évolutions juridiques récentes via le décret n° 2015-458 du 23 avril 2015 ont permis d’améliorer le dispositif de traitement des cas d’abandons de navires, mais il reste des difficultés d’ordres organisationnelles qui ne permettent pas un traitement aussi rapide que nécessaire.

- Voir la note de synthèse de l’ISEMAR à ce sujet

_______________________________________________


L'Institut Supérieur d'Economie Maritime a été créé en 1997. Pole unique en France, l'ISEMAR est, à la fois, un centre de recherche, un formidable outil de collecte et de diffusion de l'information, ainsi qu'une structure de conseil, à destination des collectivités locales et des acteurs privés du monde maritime et portuaire. Soutenu par la ville de Saint-Nazaire, Nantes Métropole, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire et l'Union maritime locale, L'ISEMAR, s'il reste ancré dans l'estuaire de la Loire, s'adresse à l'ensemble de la communauté maritime nationale et européenne.


Plus d'informations sur le site de l'ISEMAR