Marine Marchande

Actualité

Le remorquage du Marco Polo vu depuis l'Abeille Bourbon

Le remorquage de tous les superlatifs vu depuis le pont du remorqueur de sauvetage Abeille Bourbon... Grâce à cette série de clichés pris à bord lors de l'exercice du 9 mars dernier, on prend bien la mesure du gigantisme du navire remorqué, un monstre de 396 mètres de long capable de transporter jusqu'à 16.020 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur). Les 200 tonnes de traction du remorqueur, l'expertise de l'équipage de l'Abeille Bourbon, la présence de dispositif de remorquage d'urgence sur le Marco Polo (liée à une démarche volontaire de l'armateur puisqu'il n'y a pas d'obligation légale d'équipement des porte-conteneurs) et des conditions météorologiques plutôt favorables (mer relativement plate, 15 à 20 noeuds de vent) ont contribué au succès de cette première. Conformément à la pratique sur les très grands navires, l'exercice visait à vérifier que le remorqueur pouvait "contrôler" le navire en difficulté, sans forcément le remorquer vers un port. L'idée étant, face à un tel cas, de préserver la côte de tout risque de pollution, de sécuriser le navire et de projeter les moyens de sauvetage ou de réparation de l'avarie à bord.

Mais comme le souligne Jean-Paul Hellequin, dans un communiqué de son association Mor Glaz, "même si cet exercice est déjà  un succès par son utilité, et cette initiative heureuse, les moyens de sauvetage et d’intervention ne sont pas suffisants sur le littoral Atlantique. Par ailleurs il faut savoir dans quel endroit refuge ce navire aurait pu être remorqué si la difficulté avait été réelle, puis vers quel port, et en cas de perte de conteneurs quels sont les moyens réels mis à la disposition des préfets maritimes".

 

Préparation de la remorque et de la pantoire (© DROITS RESERVES)

 

La remorque est passée (© DROITS RESERVES)

 

(© DROITS RESERVES)

 

(© DROITS RESERVES)

  

(© DROITS RESERVES)

 

(© DROITS RESERVES)

 

(© DROITS RESERVES)

Sauvetage et services maritimes