Défense
Le remplacement des sous-marins nucléaires du type Ohio à l'étude

Actualité

Le remplacement des sous-marins nucléaires du type Ohio à l'étude

Défense

Les spécifications des futurs sous-marins nucléaires lanceurs d'engins américains, appelés SSBN(X), devraient être prochainement présentées au Congrès. Pour sa nouvelle composante océanique stratégique, l'US Navy envisage de limiter le nombre de sous-marins à 12, contre 14 Ohio actuellement service. Par rapport aux SNLE actuels, qui déplacent 18.750 tonnes en plongée et embarquent 24 missiles balistiques, les SSBN(X) seraient plus petits. Leur déplacement pourrait être limité à 15.000 tonnes en plongée et ils ne disposeraient que de 16 missiles, à l'image des SNLE français et britanniques. Suivant les prévisions de la Navy, le premier sous-marin serait opérationnel en 2019, le second entrant en flotte en 2022. Une unité par an suivrait ensuite entre 2024 et 2033. Pour l'heure, le coût total du programme SSBN(X) est estimé à plus de 80 milliards de dollars.

L'USS Wyoming (© : US NAVY)
L'USS Wyoming (© : US NAVY)

Pour mémoire, les Ohio ont été construits à raison de 18 exemplaires et livrés entre 1981 et 1997. Les quatre premiers de la série (Ohio, Michigan, Florida et Georgia) ont été convertis entre 2002 et 2007 en plateformes de lancement de missiles de croisière et de mise en oeuvre de forces spéciales. Dans cette configuration, ils peuvent embarquer 154 missiles Tomahawk et disposent d'installation pour loger 66 commandos SEAL avec l'ensemble de leur matériel.
Les 14 autres bâtiments de la classe Ohio ont conservé leur mission de dissuasion nucléaire. Longs de 170.7 mètres, ils embarquent 24 missiles Trident 2-D 5.

L'USS Ohio (© : US NAVY)
L'USS Ohio (© : US NAVY)

US Navy / USCG