Défense
Le Rhône en mission de police des pêches dans le golfe de Gascogne

Actualité

Le Rhône en mission de police des pêches dans le golfe de Gascogne

Défense

Après avoir passé le week-end à Saint-Nazaire, où il a participé aux commémorations du 14 juillet tout ouvrant sa coupée au public, avec plus de 430 visiteurs décomptés, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM, ex-BSAH) Rhône a quitté l’estuaire de la Loire hier après-midi. Pendant les deux semaines qui viennent, il va évoluer dans le golfe de Gascogne dans le cadre d’une mission de police des pêches. Pour mener à bien cette opération, il s’appuiera sur l’un de ses 17 membres d’équipage, un premier-maître qui a la qualification de contrôleur des pêches et a obtenu une certification d’inspecteur communautaire. Pendant cette mission, le Rhône, qui devrait être à Bayonne le week-end prochain, évoluera selon les demandes de contrôle du CNSP, le centre national de surveillance des pêches, basé à Etel.

C’est la seconde fois que le bâtiment est affecté à la police des pêches, mission que ses sisterships conduisent aussi, désormais, en Méditerranée, la Loire ayant par exemple mené une campagne thon rouge au mois de juin.

 

Le Rhône lors de son escale à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE)

Le Rhône lors de son escale à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE)

 

Une corde de plus à l’arc des quatre nouveaux BSAM de la Marine nationale, qui confirme la polyvalence de cet outil. Alors que la Loire et le Rhône sont entrés en service en 2018, la Seine et la Garonne suivront cette année.

Construits à Concarneau dans le cadre d’un contrat avec Kership, société commune de Piriou et Naval Group, les BSAM sont une version agrandie des quatre bâtiments de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) réalisés par le même industriel.

Longs de 70.3 mètres pour une largeur de 15.8 mètres et un tirant d’eau de 5 mètres, les BSAM affichent un déplacement de 2960 tonnes en charge. Capables d’atteindre 14 nœuds, ces bâtiments, armés par deux équipages de 17 marins se relayant à bord tous les quatre mois (ce qui permet d'assurer 200 jours de mer par an), peuvent accueillir 12 personnes supplémentaires. Ils sont conçus pour le soutien des forces navales, bâtiments de surface et sous-marins, en France ou à l’étranger, les travaux maritimes et la sauvegarde des biens et des personnes. Ils disposent notamment d’importantes capacités de manutention et de stockage de matériel, de remorquage (80 tonnes de traction au point fixe), de lutte contre les incendies (deux canons) mais aussi la pollution avec des produits dispersants et un barrage flottant gonflable de 300 mètres pouvant être déployé sur un remorquage en bœuf par le BSAM et son embarcation de travail en aluminium de 8 mètres. Capables également de mettre en œuvre des robots sous-marins, ces bâtiments disposent d’un semi-rigide de de 6.7 mètres de type EDO NG, qui sert par exemple aux visites de navires contrôlés.

Marine nationale