Marine Marchande

Actualité

Le roulier Louise Russ revient à Toulon

Affrété par le ministère de la Défense pour transporter du matériel militaire en Afrique, le Louise Russ a regagné Toulon en fin de semaine dernière. Le navire avait appareillé du port varois le 27 janvier pour mettre le cap sur le Sénégal et débarquer à Dakar une importante cargaison destinée à l’opération Serval, au Mali. En raison de son caractère sensible, ce convoyage a été réalisé de manière très discrète, le système d’identification automatique du Louise Russ donnant même de fausses informations. Ainsi, contrairement à ce qu’indiquait son AIS, le navire ne s’est pas rendu à Libreville, au Gabon, une destination qui était au demeurant crédible, les Forces Françaises au Gabon recevant régulièrement du matériel par voie maritime. Cette petite « intoxication » des militaires montre en tous cas que ceux-ci prennent désormais en compte le fait que, grâce au système AIS (dont une partie des informations, notamment la localisation des bateaux, sont publiques) dont sont obligatoirement équipés les bateaux civils, n’importe qui peut connaître la provenance et la destination d’un navire, ce qui peut poser des problèmes de sécurité.

 

 

Le Louise Russ escorté par le Latouche-Tréville (© MARINE NATIONALE)

 

 

Petite épidémie de grippe à bord

 

 

Escorté durant son transit au large des côtes africaines par la frégate Latouche-Tréville, le Louise Russ, sur lequel se trouvait une équipe de protection embarquée de la Marine nationale, a, après le débarquement des véhicules et conteneurs destinés aux unités engagées au Mali, remis le cap sur Toulon. Arrivé jeudi dernier, le navire, qui ne faisait pas l’objet de contrainte opérationnelle urgente, est d’abord resté sur rade, au mouillage, en attendant qu’un poste se libère. Pendant ce temps, une inspection sanitaire et médicale a eu lieu à bord, une partie des 17 membres d’équipage présentant des symptômes grippaux. Une procédure de précaution tout à fait normale, surtout pour des marins arrivant d’un pays tropical.  Les consultations et résultats des prises de sang ont confirmé qu’il n’y avait « rien de grave », précise-t-on à la préfecture maritime de la Méditerranée. Le navire, qui n’a pas été placé en quarantaine, a rejoint vendredi la base navale et les appontements Milhaud, là où il avait chargé le matériel destiné au Mali.    

 

 

Le Louise Russ (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Un marché spécifique pour les besoins de transport urgents

 

 

Le Louise Russ est affrété pour le compte du ministère de la Défense par la compagnie marseillaise Marfret. Si le transport logistique des armées fait partie d’un contrat pluriannuel avec la Maritime Nantaise, ce marché ne couvre que les rotations courantes vers les bases outre-mer et les forces déjà déployées en opérations extérieures. Pour les besoins urgents, liés notamment aux opérations inopinées comme Serval, un autre marché public, au travers duquel des opérateurs sont présélectionnés, permet au ministère de la Défense, via des appels d’offres ponctuels, de disposer rapidement de capacités de transport supplémentaires.  L’opérateur retenu met alors à disposition ses propres moyens ou ceux disponibles sur le marché, comme ici le Louise Russ, un navire roulier battant pavillon britannique (Gibraltar) appartenant à la compagnie néerlandaise Ernst Russ.