Défense
Le roulier MN Pelican embarque du matériel du génie à destination de Port-au-Prince

Actualité

Le roulier MN Pelican embarque du matériel du génie à destination de Port-au-Prince

Défense

Alors que le transport de chalands de débarquement Siroco est rentré vendredi d'Haïti, c'est au tour du MN Pélican, un roulier de la Compagnie maritime nantaise affrété par l'Etat-major des Armées, de mettre le cap sur Port-au-Prince. A la demande de l'Union Européenne, la France a, en effet, décidé d'engager de nouveaux moyens dans le cadre des initiatives pilotées par EUCO. Cette de coordination, qui regroupe les 27 Etats membres, est en charge de la gestion de l'aide logistique européenne vers Haïti, soutien qui doit permettre la reconstruction du pays, dévasté par le tremblement de terre du 12 janvier. L'armée française va contribuer à ces projets en leur apportant l'expertise des sapeurs du génie et des spécialistes du service d'infrastructure de la défense (SID). A cet effet, le MN Pélican est arrivé le 2 mars à Toulon, où il a embarqué le matériel de terrassement et de construction qui sera nécessaire aux militaires pour mener à bien leurs nouvelles missions à Haïti. Près de 80 véhicules, dont 26 poids lourds, 12 engins de chantier, 10 remorques, 2 groupes électrogènes et un camion citerne ont pris place dans le roulier.

Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le MN Pélican à Toulon (© : JEAN-LOUIS VENNE)

A Port-au-Prince, ces équipements seront mis en oeuvre par 150 militaires comprenant un détachement du service militaire adapté (SMA) et, projetés depuis la métropole, des experts du SID et deux sections - travaux et infrastructures opérationnelles - des 2ème et 5ème régiments du génie. « Ces bâtisseurs devront d'abord conduire des travaux de déblaiement et ouvrir des portions d'itinéraires dans les zones encore ruinées par le séisme, puis développer des projets de terrassement et de construction pour, notamment, réaliser des abris sûrs pour protéger la population durant la prochaine saison cyclonique », explique l'Etat-major des Armées.

Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)
Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)

Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)
Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)

Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)
Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)

Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)
Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)

Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)
Embarquement sur le MN Pélican (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)

L'EMA en profite pour faire un nouveau bilan sur l'aide française apportée à Haïti après le tremblement de terre du 12 janvier. Au lendemain du séisme, un pont aérien depuis les Antilles avait permis une aide immédiate : 1700 ressortissants dont 200 blessés ont été ainsi évacués tandis que 750 sauveteurs se déployaient au plus près des sinistrés. Plus de 2800 tonnes de fret humanitaire et équipements spécialisés ont ensuite été transportées par voies maritime et aérienne pour soutenir dans la durée l'action des sauveteurs. Par ailleurs, 45 interventions chirurgicales ont été réalisées à bord du TCD Siroco, au large de Port-au-Prince, tandis qu'à terre les militaires français, gendarmes, pompiers et spécialistes de la sécurité civile oeuvraient aux côtés des secouristes haïtiens et internationaux.

Le Siroco à Haïti en février (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)
Le Siroco à Haïti en février (© : ETAT-MAJOR DES ARMEES)