Défense

Actualité

Le Royaume-Uni lance la construction d’un SNLE de plus de 17.000 tonnes

Défense

Presqu’aussi gros que les Ohio américains ! Les Britanniques, dans le cadre du programme Successor de renouvellement de leur force océanique stratégique, ne vont pas faire dans la demi-mesure. Les quatre futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la Royal Navy seront des mastodontes de 152.9 mètres de long et afficheront un déplacement en plongée de 17.200 tonnes. Armés par 130 hommes et femmes, puisque les équipages seront mixtes, ces bâtiments disposeraient bien, selon les premières images diffusées, de 12 tubes pour missiles balistiques intercontinentaux (au lieu de 16 sur les SNLE actuels du type Vanguard). Il s’agira de la version modernisée du missile américain Trident 2 D-5 mis en œuvre par les sous-marins stratégiques de l’US Navy et de la Royal Navy. Cette dernière maintient pour mémoire une permanence de sa dissuasion nucléaire sous-marine depuis 1969.

 

Cérémonie de découpe de la première tôle, hier à Barrow-in-Furness (© BAE SYSTEMS) 

 

Premières tôles découpées à Barrow-in-Furness

Plus de 200 entreprises sont mobilisées autour de ce programme, entériné en juillet dernier par le parlement britannique et qui entre désormais dans sa phase de réalisation. La construction du premier Successor a, en effet, été officiellement lancée hier au chantier BAE Systems de Barrow-in-Furness, en présence de Michael Fallon, secrétaire britannique à la Défense. Les première tôles découpées sont destinée à un futur compartiment auxiliaire de la partie propulsive, qui accueillera notamment les systèmes de commande du réacteur nucléaire. « Nous allons construire au cours des 20 prochaines années les plus grands et les plus puissants sous-marins jamais réalisés au Royaume-Uni », a déclaré Michael Fallon, qui aurait pu préciser que les Successor seront aussi les plus gros sous-marins produits jusqu’ici en Europe et feront partie des plus imposants au monde. A titre de comparaison, les Ohio américains mesurent 170.7 mètres et déplacent 17.800 tonnes en plongée (avec 24 missiles Trident 2 D-5), les nouveaux Dolgorukiy russes 170 mètres pour un déplacement annoncé à 24.000 tonnes (16 missiles Bulava), les Triomphant français 138 mètres pour 14.300 tonnes (16 missiles M51) et les Jin chinois 135 mètres pour 11.000 tonnes (12 missiles JL-2). 

 

Le futur SNLE britannique (© BAE SYSTEMS) 

 

Tête de série livrée à l’horizon 2030

Alors que le coût global du programme Successor est estimé à 49 milliards d’euros, un contrat de 1.5 milliard d’euros vient d’être notifié à BAE Systems pour mener à bien la première phase du chantier, ainsi que la poursuite des travaux de conception et l’achat à long terme d’équipements. La construction du premier Sucessor montra progressivement en puissance dans les prochaines années, l’objectif étant de mettre en service le bâtiment à l’horizon 2030.

Il succèdera avec ses trois sisterships aux quatre SNLE dont dispose actuellement la flotte britannique : les HMS Vanguard, HMS Victorious, HMS Vigilant et HMS Vengeance, mis en service en 1993, 1995, 1996 et 1999. Longs de 150 mètres et présentant un déplacement de 16.000 tonnes en plongée, ces bâtiments embarquent chacun 16 missiles balistiques Trident 2 D-5.

 

SNLE du type Vanguard (© ROYAL NAVY) 

 

Le programme Astute à mi-chemin

La construction des Successor va permettre de maintenir l’activité à Barrow-in-Furness, le grand chantier britannique de construction de sous-marins, mobilisé depuis plus de 15 ans sur le programme des sous-marins nucléaires d’attaque du type Astute, longs de 97 mètres pour un déplacement de 7800 tonnes en plongée.  

Pour l’heure, les trois premiers SNA de cette série ont été réceptionnés par la Royal Navy : le HMS Astute (2010), HMS Ambush (2013) et HMS Artful (2016). Le HMS Audacious, toujours en construction dans le grand hall d’assemblage de Barrow-in-Furness, doit être livré en 2018 alors que les trois dernières unités de cette classe, les HMS Anson, HMS Agamemnon et HMS Ajax, doivent rejoindre la flotte britannique en 2020, 2022 et 2024. Ils succèderont aux Trafalgar, dont il ne devrait plus rester que trois exemplaires  en service fin 2017 (HMS Trenchant, HMS Talent et HMS Triumph).

 

SNA du type Astute à Barrow-in-Furness (© BAE SYSTEMS) 

Royal Navy BAE SYSTEMS