Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Actualité

Le Saphir sera le premier SNA du type Rubis à être désarmé

Défense

Compte tenu de la réorganisation liée au retard du programme Barracuda, ce ne sera finalement pas le Rubis, tête de série des actuels sous-marins nucléaires d’attaque français, qui sera retiré du service en premier. Opérationnel depuis mars 1983, le Rubis, qui devait initialement prendre sa retraite en 2017, est prolongé dans l’attente de la livraison du Suffren, premier des six nouveaux SNA du type Barracuda. En achèvement chez Naval Group à Cherbourg, ce bâtiment doit être mis à l’eau en 2019 en vue d’une livraison à la Marine nationale en 2020, au lieu de 2017 comme initialement prévu.

De ce fait, le Rubis est entré en avril dernier en cale sèche à Toulon pour une opération de maintenance lourde proche d’un arrêt technique majeur. Les travaux comprennent notamment le carénage de la coque, la maintenance de tous les équipements de sécurité/plongée et autres installations sensibles, le traitement d'obsolescences mais aussi, selon nos informations, le rechargement du cœur nucléaire et même des modernisations, en particulier au niveau des moyens de détection et du système de combat. De quoi tenir jusqu’à l’arrivée du Suffren.

 

Le Rubis lors d'un arrêt technique majeur, ici en 2012 (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Rubis lors d'un arrêt technique majeur, ici en 2012 (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le Rubis devrait rester en arrêt technique jusqu’à la fin du premier trimestre 2019 puis reprendre du service, au moins jusqu’à la fin 2020.

Dans le même temps, on a donc appris que ce sera finalement un autre des six SNA de ce type qui partira en premier. Il s’agit en l’occurrence du premier sistership du Rubis, le Saphir, mis en service en juillet 1984 et qui va achever sa carrière au second semestre 2019. Certes plus jeune que le Rubis mais ayant plus navigué que son aîné, le bâtiment rejoindra Cherbourg pour y être désarmé et intégrer la filière de déconstruction des anciens sous-marins français. Celle-ci comprend déjà cinq anciens SNLE, dont les installations nucléaires ont été démantelées et la déconstruction des coques débutera à la fin de cet été.

 

Marine nationale