Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Le second porte-avions chinois en essais

Défense

Mis à l’eau en avril dernier, le premier porte-avions réalisé en Chine a quitté le 13 mai le chantier de Dalian pour débuter ses essais en mer. Il devrait être réceptionné par la flotte chinoise en 2020 et rejoindra le Liaoning, livré en 2012. Ce dernier est pour mémoire l’ancien Varyag russe, qui devait être le sistership du  Kuznetsov mais dont la construction s’était interrompue après la chute de l’URSS. La Chine avait ensuite racheté la coque et terminé le bâtiment à Dalian.

Le premier porte-avions dit de conception et de construction chinoises est une version améliorée du Lianing, avec un design globalement voisin (dont un tremplin à l'avant et une piste oblique avec brins d'arrêt) mais certaines évolutions. Le pont d’envol est semble-t-il un peu modifié et l’îlot, plus compact et furtif, arbore de nouveaux radars.

Pour mémoire, le Liaoning mesure 304 mètres de long et affiche un déplacement d’environ 65.000 tonnes en charge. Conçu pour atteindre les 30 nœuds, il est armé par près de 2000 marins, auxquels s’ajoutent les personnels du groupe aérien embarqué, soit 500 à 600 hommes. Pour l’heure, le bâtiment n’embarque que des avions du type J-15, copie chinoise du chasseur russe Su-27 Flanker. 24 à 26 appareils pourraient être logés à bord, en plus d’une douzaine d’hélicoptères. Le Liaoning apparait donc essentiellement, en l’état actuel des choses, comme une plateforme de défense aérienne de zone. Toutefois, les Chinois auraient adapté le J-15 pour lui permettre, en plus de l’armement air-air, de mettre en œuvre des missiles antinavire ainsi que des bombes. De plus, de nouveaux appareils doivent être développés et apporteront sans doute, à l’avenir, des capacités d’attaque accrues.

La marine chinoise prévoit de disposer à la fin de la prochaine décennie d’au moins quatre porte-avions, dont un à propulsion nucléaire.

Marine chinoise