Défense
Le second Zumwalt achève ses essais en mer

Actualité

Le second Zumwalt achève ses essais en mer

Défense

L’USS Michael Monsoor (DDG 1001), second des trois nouveaux super-destroyers furtifs de la flotte américaine, a achevé la semaine dernière ses essais constructeur au large des côtes du Maine. C’est ce qu’a annoncé le groupe General Dynamics, dont le chantier Bath Iron Works est chargé de réaliser ces impressionnants bâtiments. L’USS Michael Monsoor doit être livré en mars à l’US Navy, qui devrait mettre en service au même moment son aîné, l’USS Zumwalt (DDG 1000), qu’elle a réceptionné en mai 2016 et basé à San Diego. Profitant du retour d’expérience de la tête de série, la construction et les essais du second destroyer se sont déroulés plus facilement selon des officiers américains. Les améliorations, notamment l’intégration et la mise au point des systèmes, dont beaucoup sont totalement nouveaux, se poursuivra avec la troisième unité. En cours d’assemblage final chez BIW, le futur Lyndon B. Johnson (DDG 1002), qui en est désormais à plus de 70% d’achèvement, intègre même certaines modifications importantes. Son imposante superstructure est par exemple réalisée en acier, alors que celles de ses deux aînés avaient été fabriquées en matériaux composites.

Avec leurs 185.9 mètres de long pour une largeur de 24.4 mètres et un tirant d’eau de 8.4 mètres, ces destroyers de plus de 15.650 tonnes en charge sont plus grands et plus lourds que les croiseurs du type Ticonderoga (172.8 mètres, 9970 tonnes) et les destroyers du type Arleigh Burke (155.3 mètres, 9217 tonnes). Ce sont, en fait, les plus importants bâtiments de combat de surface américain après les porte-avions (et les unités amphibies comme les porte-hélicoptères d’assaut et transports de chalands de débarquement). Et, dans leur catégorie, ce sont les plus imposants au monde après les croiseurs nucléaires russes de la classe Kirov.

Conçus pour être extrêmement furtifs, les Zumwalt sont équipés de quatre lanceurs verticaux Mk47, avec en tout 80 cellules pour missiles de croisière Tomahawk, missiles surface-air SM-2 MR (éventuellement SM-3 et SM-6 pour la lutte antimissile balistique) et ESSM, ainsi que des missiles anti-sous-marins VLA (Asroc). S’y ajoutent deux canons de 155mm, deux canons de 30mm et un hangar pour deux hélicoptères ou trois drones aériens.

Initialement conçus pour l’action vers la terre, ces super-destroyers pourraient être modifiés afin de voir leurs capacités renforcées en matière de lutte antinavire. Les stratèges de l’US Navy estiment en effet que c’est dans ce domaine que des unités aussi furtives pourraient être les plus efficaces.

- Voir notre article détaillé sur l'USS Zumwalt

 

L'USS Zumwalt et un LCS du type Independence (© US NAVY)

L'USS Zumwalt et un LCS du type Independence (© US NAVY)

us navy