Défense
Le secrétaire américain à la Marine contraint de démissionner

Actualité

Le secrétaire américain à la Marine contraint de démissionner

Défense

Nouveau rebondissement dans l’affaire de l’épidémie de Covid-19 à bord du porte-avions USS Theodore Roosevelt (CVN 71) et du limogeage de son commandant, Brett Crozier, suite à la lettre d’alerte envoyée à sa hiérarchie et qui a fuité dans la presse. Le secrétaire américain à la Marine, Thomas Modly, qui avait pris la décision le 2 avril de démettre Brett Crozier de ses fonctions, a démissionné. C’est ce qu’a annoncé hier soir son patron, le secrétaire à la Défense Mark Esper. Ce dernier a précisé que le sous-secrétaire à l'armée de Terre, Jim McPherson (un ancien amiral), avait été nommé secrétaire à la Marine par intérim.

 

Alors que le débarquement du commandant Crozier a été globalement très mal perçu dans l’opinion publique et les media américains. L’opposition à Donald Trump s’est aussi emparée du sujet, le favori dans la course à l’investiture démocrate pour la prochaine élection présidentielle, Joe Biden, critiquant très durement la décision Thomas Modly et, plus globalement, la gestion de l’épidémie sur le CVN 71. Thomas Modly a probablement scellé son sort en se rendant lundi 6 avril à Guam, où se trouve le porte-avions dont l’équipage a été partiellement débarqué. A cette occasion, il a adressé un message très maladroit, retransmis via le système audio du bâtiment. Une déclaration qui est restée en travers de la gorge de nombreux marins et a été largement relayée dans la presse américaine. Le désormais ancien secrétaire à la Marine avait expliqué que Cozier  était « trop naïf ou trop stupide pour être commandant » s’il imaginait que sa lettre (qu’il avait envoyée à de nombreux officiels du département de la Défense) ne fuiterait pas. « L’autre solution est qu’il l’a fait à dessein ». Des propos qui avaient immédiatement relancé une polémique dont la Maison Blanche, en pleine tourmente compte tenu des proportions dramatiques que prend le coronavirus aux Etats-Unis, n’avait pas besoin. On ne sait pas si Thomas Modly est « trop naïf ou trop stupide » pour ne pas avoir anticipé les conséquences de ses paroles. 

Diplômé de l’académie navale américaine et de Harvard, Thomas Modly, qui a servi comme pilote d’hélicoptère dans l’US Navy, où il est resté 7 ans en tant qu’officier, est par la suite devenu homme d’affaire. Il avait été nommé par Donald Trump au poste de sous-secrétaire à la Marine en septembre 2017 et avait succédé en novembre dernier au poste de SECNAV en remplacement de Richard Spencer, débarqué suite à ses divergences avec la Maison Blanche sur le cas de l’ancien Navy SEAL Eddie Gallagher, accusé de crimes de guerre.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

US Navy / USCG