Disp POPIN non abonne!
Science et Environnement

Fil info

Le SHOM et l'INRAP signent une convention de collaboration scientifique

Science et Environnement

Lundi 22 octobre 2018, Monsieur Dominique Garcia, président de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) et Monsieur Bruno Frachon, directeur général du Shom, le service hydrographique national, ont signé une convention cadre de collaboration scientifique.

Opérateur public de référence pour l'information géographique maritime et littorale, le Shom a pour mission de connaître et décrire l’environnement physique marin, d’en prévoir l’évolution et d’assurer la diffusion des informations correspondantes. L’Inrap, quant à lui, a pour mission d’assurer la détection, la protection, la conservation et la sauvegarde par l’étude des éléments du patrimoine archéologique susceptibles d’être affectés par les travaux publics et privés concourant à l’aménagement du territoire. Les collaborations menées jusqu’à présent par le Shom et l’Inrap ont permis d’identifier et de mettre en exergue des problématiques communes aux deux établissements publics. Elles contribuent également à la connaissance du passé, comme du présent, du domaine public maritime et enrichissent ainsi les bases de données du Shom. A titre d’exemple, le Shom est intervenu sur le traitement des données issues de sondeurs de sédiments (SBP) employés pour des diagnostics archéologiques préventifs avant des travaux d'aménagements dans les ports de commerce et de plaisance de Porto-Vecchio en 2015 et 2016. Des experts du Shom ont également apporté des conseils pour les préconisations de levés à réaliser et l'élaboration d'un guide des bonnes pratiques sur ce type d’opérations. Le Shom et l’Inrap ont donc souhaité développer et consolider leur coopération scientifique au travers d’une convention cadre. Celle-ci prévoit, entre autres, la mutualisation de moyens et le partage des données collectées.

Quatre thématiques principales ont été identifiées dans le cadre de cette collaboration :

- Le développement des activités de recherche ;

- La réalisation des opérations d’archéologie préventive sur le domaine public maritime ;

- L’exploitation des données scientifiques communes provenant du domaine public maritime et leur valorisation auprès d’un plus large public.

- La formation.

Communiqué du SHOM et de l'Inrap, octobre 2018