Défense
Le Siroco ne quittera pas la France avant 2016

Actualité

Le Siroco ne quittera pas la France avant 2016

Défense

Le transport de chalands de débarquement Siroco, qui doit être cédé au Brésil, ne quittera finalement pas la France cette année. Même si les marins brésiliens ont commencé à arriver à Toulon dès septembre et que le bâtiment a repris la mer en octobre dans la cadre de la formation de son futur équipage, le contrat de vente n’a semble-t-il toujours pas été signé. De plus, on a appris que l’arrêt technique dont doit bénéficier le Siroco avant son transfert n’a en fait pas été réalisé cet été, comme ce devait être le cas. Avant de partir pour le Brésil, où l'on prévoit de le rabaptiser Bahia, il faudra donc que le TCD passe en cale sèche pendant plusieurs semaines. Autant dire que ses adieux à Toulon n’interviendront pas, au mieux, avant le début de l’année 2016. Une situation qui n’arrange sans doute pas la Marine nationale, contrainte de maintenir plus longtemps que prévu un noyau d’équipage sur le bâtiment alors que la tension est forte sur ses effectifs.

 

Le TCD Siroco (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le TCD Siroco (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Opérationnel depuis 1998 et retiré prématurément du service dans le cadre de la réduction des capacités de projection actée par le dernier Livre Blanc sur la Défense, le Siroco doit être vendu au Brésil pour 80 millions d’euros. L’opération porte également sur la cession du chaland de débarquement d’infanterie et de chars Hallebarde (1989). Son sistership, l’ex-Rapière, avait été repris en 2011 par le Chili, en même temps que le TCD Foudre.  

 

Le CDIC Hallebarde (© : MARINE NATIONALE)

Le CDIC Hallebarde (© : MARINE NATIONALE)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Marine Brésilienne | Actualité de la Marinha do Brasil