Défense
Le SNA Suffren bon pour livraison après ses tirs de qualification
ABONNÉS

Actualité

Le SNA Suffren bon pour livraison après ses tirs de qualification

Défense

Si sa construction a connu trois ans de retard, ses essais auront été menés tambour battant et malgré la crise sanitaire s’achèvent six mois seulement après sa première sortie en mer. Le Suffren, tête de série des six sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) français du programme Barracuda, a achevé ses tests avec des campagnes de tirs des trois types d’armes qu’il pourra mettre en œuvre : torpille lourde F21, missile antinavire Exocet SM39 et missile de croisière naval (MdCN).

Après les essais de plateforme en Manche, Atlantique puis Méditerranée, les campagnes de tirs avaient débuté à la fin de l’été avec la nouvelle F21, comme nous l’indiquions le 10 septembre. Une étape sensible puisqu’il s’agit d’une arme de nouvelle génération, produite par Naval Group et destinée à remplacer la F17 Mod2. Une torpille qui n’est pas encore entrée en service sur les autres sous-marins français (SNLE du type Le Triomphant et SNA du type Rubis). Plusieurs tirs de F21 ont été réalisés par le Suffren.

 

F21 (© NAVAL GROUP)

F21 (© NAVAL GROUP)

 

Moins « redouté » vint ensuite le premier tir d’un missile antinavire à changement de milieu SM39, une arme bien connue de la sous-marinade française puisqu’elle équipe de longue date ses bateaux noirs (Rubis, Triomphant et avant eux les anciens Agosta), en témoignent les seules images d'archives, des photos argentiques, qui montrent des tirs de ce missile à changement

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense Euronaval 2020 - Euronaval-Online