Disp POPIN non abonne!
Défense
Le SNMG1 a neutralisé 12 engins explosifs historiques en Manche

Actualité

Le SNMG1 a neutralisé 12 engins explosifs historiques en Manche

Défense

Douze bombes et mines datant de la seconde guerre mondiale ont été neutralisées au large du Tréport, en Manche, par les bâtiments du Standing Nato Mine Countermeasures Group 1 (SNMCMG 1) dans le cadre de la mission annuelle Historical Ordnance Disposal (HOD). Celle-ci s’est déroulée du 18 février au 7 mars, la force navale de l’OTAN étant composée de la frégate danoise Thetis (bâtiment amiral) et de quatre chasseurs de mines, les allemands Dillingen et Homburg, le belge Bellis et le français Andromède.

 

Le SNMG1 (© MARINE NATIONALE)

Le SNMG1 (© MARINE NATIONALE)

 

Les douze munitions historiques traitées par ces unités de déminage représentent 4526 kg d'équivalent TNT, ce qui constitue selon la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord un bilan record depuis 10 ans pour la force otanienne déployée chaque année dans cette zone.

Dans le détail, le Bellis a détruit le 20 février une Luftminen de type B (LMB) représentant 697 kg d'équivalent TNT, alors que le lendemain, le Homburg traitait une autre LMB (700 kg d’équivalent TNT). Le 22 février, l’Andromède et le Dillingen neutralisaient respectivement une LMB pour 845 kg d’équivalent TNT et une bombe américaine de 1000 livres pour 250 kg d’équivalent TNT. Le 24 février, le Dillingen détruisait une Luftminen de type A (LMA) représentant 330 d’équivalent TNT. Puis le 25 février, le Bellis est intervenu sur six bombes américaines de 1000 livres pour 1274 kg d’équivalent TNT. Une dernière opération de contre-minage s’est déroulée le jeudi 28 février par le Dillingen qui a détruit une autre LMA pour 430 d’équivalent TNT.

« Depuis 1996, des opérations interalliées baptisées HOD sont conduites chaque année en Manche – mer du Nord afin d’éliminer les munitions à caractère historique. Les fonds marins de cet espace maritime sont en effet caractérisés par la présence significative d’engins explosifs issus des deux derniers conflits mondiaux (bombes, obus concrétionnés, mines de fond). C’est donc un enjeu de sécurité maritime que de procéder à la recherche et à la neutralisation de ces dangers, et l’opération HOD participe directement à l’important chantier d’assainissement des fonds marins de la Manche et mer du Nord », rappelle la préfecture maritime.

 

Marine nationale