Défense
Le sous-marin nucléaire d'attaque Améthyste en cale sèche

Actualité

Le sous-marin nucléaire d'attaque Améthyste en cale sèche

Défense

Devant accompagner le porte-avions Charles de Gaulle lors de son déploiement en océan Indien, le sous-marin nucléaire d'attaque Améthyste est, lui aussi, rentré au port. Revenu mardi à Toulon, il doit entrer aujourd'hui en cale sèche. En mer, les marins ont, en effet, détecté un bruit suspect sur la ligne d'arbres, ce qui n'est évidemment pas « fantastique » pour un bâtiment dont l'arme principale est la discrétion. Le départ en mer du groupe aéronaval étant retardé, le SNA a regagné sa base pour que toutes les investigations et les réparations éventuelles soient menées. Normalement, l'Améthyste devrait être de nouveau opérationnel pour le départ du Charles de Gaulle, qui devrait intervenir vers la mi-novembre.
Cinquième des six SNA du type Rubis, l'Améthyste est entré en service en 1992. Long de 73.6 mètres pour un déplacement de 2670 tonnes en charge, ce bâtiment, capable d'atteindre 25 noeuds en plongée, dispose de 4 tubes de 533mm et peut lancer 14 armes (torpilles F-17 Mod2 et missiles antinavire Exocet SM39. L'appareil propulsif, qui développe 7000 kW, comprend une chaufferie nucléaire, deux turbo-alternateurs et un moteur électrique de propulsion.
Comme les autres sous-marins du type Rubis, l'Améthyste sera remplacé par l'un des six nouveaux SNA du type Barracuda. Ces bâtiments, construits par DCNS à Cherbourg, doivent enter en service entre 2017 et 2029, le remplacement de l'Améthyste étant prévu en 2025.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française