Disp POPIN non abonne!
Croisières et Voyages

Actualité

Le Splendour of the Seas fait ses adieux à Royal Caribbean

Croisières et Voyages

Sorti en 1996 des chantiers de Saint-Nazaire, le paquebot Splendour of the Seas vient d’achever 20 ans de carrière au sein de la compagnie américaine Royal Caribbean International. A l’issue d’une dernière croisière, le navire a quitté Venise le 21 avril et mis le cap sur le chantier Navantia de Cadix. Un arrêt technique doublé de travaux de peinture et de mise aux standards de son nouvel opérateur, Thomson Cruises, filiale du groupe allemand TUI positionnée sur le marché britannique.

 

Le Splendour of the Seas quittant Venise le 21 avril (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Splendour of the Seas quittant Venise le 21 avril (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

L’opérateur, qui prendra bientôt le nom de sa maison-mère, alliée à Royal au sein de la compagnie TUI Cruises, exploitera à compter du mois de juin le Splendour of the Seas, qui va être rebaptisé TUI Discovery. Ce navire de 264 mètres de long pour 69.000 GT de jauge compte 915 cabines. Pour l’heure, Thomson Cruises opère quatre autres paquebots, le Thomson Celebration, le Thomson Dream, le Thomson Majesty et le Thomson Spirit. Ces deux derniers, qui font l’objet d’une charte d’affrètement auprès de l’armateur chypriote Louis, seront rendus à leur propriétaire à l’issue de ce contrat, en 2018.

 

Le futur TUI Discovery (© : TUI)

Le futur TUI Discovery (© : TUI)

Le futur TUI Discovery (© : TUI)

Le futur TUI Discovery (© : TUI)

 

Changement de génération chez RCI

Quant à RCI, qui aligne à ce jour 24 paquebots, le départ du Splendour of the Seas est compensé par l'entrée en service, au début du mois, du nouvel Ovation of the Seas (168.600 GT, 2090 cabines), troisième des cinq unités du type Quantum. S'y ajoutera en mai l'Harmony of the Seas (227.700 GT, 2747 cabines), troisième géant de la classe Oasis. Mais pour l’armateur américain, c’est une page d’histoire qui commence à se tourner, favorisée par la mise en service de nouveaux bateaux très innovants aux standards plus élevés. Le Splendour of the Seas est, en effet, le premier de la génération des navires construits dans la seconde moitié des années 90 à quitter sa flotte. Celle-ci compte encore le Legend of the Seas (70.000 GT, 916 cabines), le Rhapody of the Seas et le Vision of the Seas (78.500 GT, 1000 cabines) ainsi que le Grandeur of the Seas (74.000 GT, 975 cabines) et  l’Enchantment of the Seas (81.000 GT, 1126 cabines), mis en service entre 1995 et 1998. Ces navires réalisés en France et en Finlande avaient suivi les trois unités de la classe Sovereign (73.000 GT, 1140 cabines), livrées par les chantiers nazairiens entre 1988 et 1992.

 

 

Le transfert du Majesty à Pullmantur démenti

Après le transfert en 2008 et en 2013 des Sovereign of the Seas et Monarch of the Seas à Pullmantur, filiale espagnole de RCCL, seul le Majesty of the Seas continue d’être exploité par Royal Caribbean. Le navire, qui devait rejoindre ses aînés, a vu son transfert reporté à plusieurs reprises, son armateur démentant récemment tout projet de départ d’ici 2018 vers Pullmantur, dont le sort parait incertain. Appelé à bénéficier d’une modernisation prochainement, il poursuit pour le moment ses mini-croisières au profit de RCI sur le marché américain. Quant à l’Empress of the Seas (48.500 GT, 795 cabines), livré en 1990 et parti chez Pullmantur en 2008, il fait son retour chez Royal, qui compte probablement l’exploiter à Cuba. Mais le mauvais état du navire a contraint la compagnie à le refaire passer en cale sèche aux Bahamas et annuler pas moins de 13 croisières entre le 30 mars et le 23 mai.  

 

Royal Caribbean