Croisières et Voyages
Le Splendour of the Seas va passer chez Thomson Cruises

Actualité

Le Splendour of the Seas va passer chez Thomson Cruises

Croisières et Voyages

Après l’annonce en janvier du rachat de l’Europa 2 d’Hapag-Lloyd Cruises, devenue l’une de ses filiales, le groupe allemand TUI va s’offrir un autre paquebot réalisé à Saint-Nazaire. Il s’agit du Splendour of the Seas, qui intègrera à l’été 2016 une autre filiale de TUI, Thomson Cruises, positionnée sur le marché britannique.

Livré en 1996 par les chantiers de Saint-Nazaire, le Splendour of the Seas va donc quitter son armement historique, l’Américain Royal Caribbean International. On rappellera que la maison-mère de ce dernier, Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL), est partenaire de TUI, les deux sociétés ayant lancé en 2009 une société commune sur le marché allemand, TUI Cruises.

 

Le Splendour a été refondu en Espagne fin 2011 (© : NAVANTIA)

Le Splendour a été refondu en Espagne fin 2011 (© : NAVANTIA)

 

Au sein de Thomson, le Splendour of the Seas remplacera l’Island Escape, qui n’est autre que l’ex-Scandinavia sorti des chantiers nantais Dubigeon en 1982. Initialement exploité par l’armement danois DFDS comme cruise ferry, le navire a été converti en paquebot pur suite à sa vente à RCCL en 1990. Le groupe américain l’exploita sous le nom de Viking Serenade jusqu’en 2002, puis le transféra à sa nouvelle filiale, Island Cruises, reprise en intégralité par TUI en 2008 et qui dépend aujourd’hui de Thomson (cette dernière ayant repris l’Island Escape en 2009). Depuis 13 ans, le paquebot de 189 mètres, 40.000 GT de jauge et 772 cabines demeure exploité pour Island Cruises sous le nom d’Island Escape.

 

L'Island Escape (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'Island Escape (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

C’est donc une unité largement plus grande qui va lui succéder. Long de 264 mètres pour une jauge de 69.000 GT, le Splendour of the Seas compte 915 cabines. Il a été sérieusement modernisé en 2011, 124 cabines gagnant à cette occasion des balcons.

Alors que le rachat de l’Europa 2, qui faisait l’objet d’une charte d’affrètement depuis sa mise en service en 2013, avait été annoncé à 278 millions d’euros, le montant de l’acquisition du Splendour of the Seas n’a pas encore été précisé.

Toujours est-il que TUI poursuit son développement avec une flotte de 12 navires (dont 5 sur le marché britannique) exploités au sein de ses différentes filiales, Hapag-Lloyd Cruises, Thomson Cruises et TUI Cruises. Cette dernière va s’enrichir au printemps d’un nouveau paquebot, le Mein Schiff 4 (99.700 GT, 1250 cabines), sistership du Mein Schiff 3 livré l’an dernier et dont deux autres exemplaires sont attendus en 2016 et 2017.

 

Mein Schiff 3 (© : MEYER TURKU)

Mein Schiff 3 (© : MEYER TURKU)

 

Pendant qu’Hapag-Lloyd étudie la possibilité de commander un nouveau navire d’expédition, d’autres mouvements sont également à prévoir chez Thomson. La charte d’affrètement des Thomson Spirit (33.900 GT, 1350 passagers) et Thomson Majesty  (40.900 GT, 1900 passagers), qui appartiennent à l’armement gréco-chypriote Louis Cruises, s’achèvera en effet en 2017. Les deux navires, datant de 1984 et 1992, doivent être restitués à leur propriétaire. Il conviendra de voir par quelles unités ils seront remplacés et si, par exemple, d’autres paquebots de RCCL peuvent être repris à cette occasion.

 

Le Thomson Majesty (© : CRUISEASTUTE.COM)

Le Thomson Majesty (© : CRUISEASTUTE.COM)

 

Pour mémoire, alors que le Majesty of the Seas rejoindra en 2016 ses deux aînés, les Sovereign et Monarch, chez Pullmantur, filiale espagnole du groupe américain, Royal Caribbean exploite trois sisterships ou navires directement dérivés du Splendour of the Seas : les Legend of the Seas, Vision of the Seas et Rhapsody of the Seas. 

Royal Caribbean | Actualité de la compagnie de croisière