Vie Portuaire
Le trafic du port de Paris en belle hausse

Actualité

Le trafic du port de Paris en belle hausse

Vie Portuaire

À l’occasion des vœux de Haropa à Paris, Catherine Rivoallon a salué la performance du trafic francilien avec 25 Mt. Elle a profité de cette réunion pour dresser un bilan de son action de préfiguratrice. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

Alors qu’au Havre et à Rouen, la cérémonie des vœux de Haropa a été annulée, en raison du mouvement social, celle de Paris a pu se tenir le 14 janvier. Catherine Rivoallon, préfiguratrice de Haropa et présidente du conseil d’administration du Port de Paris, a souligné la bonne performance du trafic francilien. Avec 25 Mt, l’Ile de France confirme sa place de second port fluvial européen. Un trafic en hausse de 13% en volume global et de la même proportion pour les conteneurs avec un trafic de 179 000 EVP. « Une année qui se termine moins bien qu’elle n’a commencé », a souligné Olivier Jamey, président de Seine Port Union, regroupement des trois unions portuaires, en faisant référence aux tensions sociales actuelles. La préfiguratrice préfère se tourner vers l’avenir et souhaite que le dynamisme d’avant le mois de décembre soit vite retrouvé. « Nous vivons un mouvement qui touche tous les clients. Il faut redynamiser l’activité dès la fin du mouvement », a continué la présidente du conseil d’administration.
Pour la préfiguratrice de Haropa, 2019 a été l’année d’analyse de la situation. « Les propositions visant à la fusion des trois ports formant Haropa sont sur le bureau du Premier ministre. Il devrai tprendre une décision dans les prochaines semaines ». Sans dévoiler ses préconisations pour l’installation du siège unique, elle nous a confié que la décision devrait intervenir en mars, selon toute vraisemblance. Alors, 2020 sera l’année de la phase opérationnelle pour que le calendrier imposé par le gouvernement, à savoir la mise en place opérationnelle au 1e janvier 2021, soit tenu. LE président de Seine Port Union s’est dit prêt à accompagner cette évolution. « Dès que le schéma de fonctionnement sera connu, nous travaillerons à revoir notre organisation ». Olivier Jamey a profité de cette réception pour rappeler le gouvernement à l’ordre sur les questions de domanialité. « L’État doit voir dans ce dossier une façon de libérer les innovations des entreprises ».