Vie Portuaire
Le trafic portuaire ligérien passe sous la barre des 30 millions de tonnes

Actualité

Le trafic portuaire ligérien passe sous la barre des 30 millions de tonnes

Vie Portuaire

Dans un contexte économique toujours difficile, le trafic du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire a connu une nouvelle baisse l’an dernier. Certes, le recul est moins important qu’au niveau national (-4% pour les 7 GPM métropolitains à la fin novembre), mais le fléchissement de 2.7% de l’activité sur les terminaux ligériens en 2012 fait passer le trafic extérieur du GPMNSN, pour la première fois depuis longtemps, sous la barre des 30 millions de tonnes (29.828 Mt).  

La progression de 8% du pétrole brut (9 Mt) et de 8% des produits raffinés (6.878 Mt), ainsi que la forte hausse du charbon et coke de pétrole (2.195 Mt, +20.4%) n’ont pas permis de compenser totalement la chute du gaz naturel liquéfié (2.183 Mt, -43.4%). « En raison, notamment, d'une forte demande asiatique, le trafic de gaz naturel a pratiquement chuté de moitié. Il s'agit là d'une deuxième année consécutive de forte baisse. A titre de comparaison, le trafic annuel moyen du terminal s'élevait à 5.5 Mt sur la période 2000 ‐ 2010 », note le GPMNSN. Au global, les trafics énergétiques du port de Nantes Saint-Nazaire affichent un repli de 0.6% par rapport à 2011, pour un total de 20.262 millions de tonnes traitées.

 

 

Le terminal méthanier de Montoir (© GILBERT CAILLER)

Le terminal méthanier de Montoir (© GILBERT CAILLER)

 

 

Les trafics non énergétiques en baisse

 

 

Concernant les autres trafics du port, le tonnage recule également, soit une baisse de 6.8% pour les matières non énergétiques, représentant 9.566 Mt. Mais, là encore, les évolutions sont disparates.

Les importations d'aliments du bétail progressent de 1 % (1.785 Mt), portées par une récolte abondante de soja au Brésil et, à un niveau moindre, par le développement des tourteaux de tournesol. Les exportations de céréales accusent une baisse de 42.5 % (905.000 tonnes), le dernier semestre 2012 ayant été caractérisé par une forte tension sur les marchés internationaux. Compte tenu de l'érosion de la demande agricole, le trafic d'engrais baisse de 3 % (154.000 tonnes). Les exportations de ferrailles, principalement destinées aux aciéries d'Espagne et du Maghreb, progressent en revanche de 5 % (410.000 tonnes), les centres de recyclage de Montoir‐de‐Bretagne et de Nantes‐Cheviré montant progressivement en puissance. Le trafic de sable de mer est, quant à lui, demeuré quasiment stable, représentant 1.581 Mt (-0.4%).

 

 

Le terminal conteneurs de Montoir (© MER ET MARINE)

Le terminal conteneurs de Montoir (© MER ET MARINE)

 

 

Bonne année pour les conteneurs

 

 

Porté par les importations (+ 11 %), le trafic conteneurisé 2012 s’est élevé en 2012 à 184.000 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur) et 1.939 Mt, soit une progression globale de 3.3 % par rapport à 2011. Selon l’autorité portuaire, ce résultat est lié au développement de l'offre de services maritimes, ainsi qu'au dynamisme des entreprises de l'hinterland, le trafic conteneurisé étant, à l'échelle mondiale, l'un des plus impactés par la conjoncture économique.

Concernant le roulier, après avoir doublé en 2011 par rapport à l’année précédente, l'activité du terminal de Montoir s'est maintenue à un niveau global important. Mais les difficultés économiques de la péninsule ibérique et la contraction du marché automobile français ont entraîné une baisse de 7 % du trafic (941.000 tonnes), la ligne historique entre Montoir‐de‐Bretagne et Vigo, en Espagne, ayant été touchée par la réduction des flux industriels. Les trafics de véhicules neufs et les flux de passagers de l'autoroute de la mer entre Montoir‐de‐Bretagne et Gijón ont, toutefois, globalement progressé dans une conjoncture difficile.

 

 

Le terminal roulier de Montoir (© MER ET MARINE)

Le terminal roulier de Montoir (© MER ET MARINE)

 

Port de Nantes Saint-Nazaire