Marine Marchande
Le transit du cargo nucléaire Sevmorput attentivement suivi en Europe

Actualité

Le transit du cargo nucléaire Sevmorput attentivement suivi en Europe

Marine Marchande

Après avoir constaté l’impossibilité de réparer l’avarie de son arbre d’hélice, alors qu’il se trouvait devant les côtes angolaises, le cargo nucléaire russe Sevmorput a rebroussé chemin il y a une dizaine de jours pour faire route vers Saint-Pétersbourg. Il se trouve actuellement au large des Canaries où il a ralenti pour permettre l’évacuation sanitaire vers Las Palmas, mercredi, de son commandant qui présentait des symptômes de méningite. Le navire a repris sa route avec 97 personnes à bord.

Le transit du Sevmorput est particulièrement surveillé par les autorités maritimes. La direction générale de la marine marchande espagnole a ainsi annoncé un suivi attentif du bateau lors de son transit aux Canaries et au large de la péninsule ibérique. Si le navire poursuit à cette allure, il sera au large de la pointe bretonne à Noël.

L’association Robin des Bois, qui avait attiré l’attention médiatique sur ce navire, continue à manifester son inquiétude. Elle annonce avoir envoyé « un courrier d’alerte à la Commissaire aux Transports de l’Union européenne, aux préfets maritimes de l’Atlantique, de la Manche et de la mer du Nord, au Secrétaire Général de la Mer, aux ministres de la Mer et de la Transition écologique et à l'Agence européenne pour la sécurité maritime. Ce courrier souligne entre autres « qu’avant de tenter de rejoindre l’Antarctique, le Sevmorput est entré en chantier naval pour des réparations et des rénovations diverses notamment le remplacement de l’hélice et de l’arbre d’hélice. Le fait que dans des circonstances inexpliquées, une pale ait été perdue autorise à penser que l’hélice neuve est victime d’un vice caché et que la perte d’une ou des autres pales restantes après l’intervention devant l’Angola des plongeurs russes doit être raisonnablement redoutée et anticipée ».

A cette heure, seule la Commission Européenne lui a répondu : « Nous sommes conscients de la situation et nous surveillons étroitement le navire avec l'aide et en s'appuyant sur les systèmes de l'Agence européenne pour la sécurité maritime qui, comme vous le savez, offrent une excellente compréhension de la situation. »

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

 

 

Divers marine marchande