Marine Marchande
Le transport maritime au second plan des préoccupations de l'Europe?

Actualité

Le transport maritime au second plan des préoccupations de l'Europe?

Marine Marchande

Le Cluster Maritime Français, qui défend les intérêts des entreprises tricolores, se dit stupéfait par le montant fonds européens qui pourraient être alloués à la recherche et au développement des transports maritimes. Le montant de ces subventions sera fixé lors de l’adoption du 7ème Programme Cadre de Recherche et de Développement (PCRD) : « La répartition des fonds de R & D européens nie la volonté politique affichée par Bruxelles de favoriser le secteur maritime ». Erigés par l’Union européenne au rang de programme prioritaire, les transports maritimes ne pourraient bénéficier que de 55 millions d’euros annuels sur 7 ans, contre 60 millions actuellement. Selon le CMF, l’Europe réserve « un traitement secondaire au transport maritime. Un comble alors que les augmentations générales prévues dans le cadre de ce programme varient de + 30% à + 60% selon les secteurs et les thèmes retenus ! ».

Une répartition présentée par la France

Le Cluster a alerté le Président du groupe « Miroir » (groupe représentant les Etats dans la plateforme technologique Waterborne, chargée de préparer la Recherche et le Développement Européens dans le secteur maritime), ainsi que l’ENMC (European Network of Maritime Clusters). L’Europe a prévu d’allouer aux différents types de transport un total de 4.5 milliards d’euros d’aides en R&D entre 2007 et 2013. Or, c’est le Ministère français des Transports et de l’Equipement qui sera chargé de proposer la répartition de cette cagnotte. Selon les informations du CMF, seuls 400 millions d’euros seraient alloués au secteur maritime, contre 2.6 milliards à l’aérien. « Le maritime, qui transporte 80 % du commerce extérieur européen, se verrait attribuer, selon cette position française, moins de 9 % des crédits de recherche dédiés au transport ? Moins de 1 % du total des budgets de recherche ? Impensable ! », tempête le Cluster Maritime Français, qui demande au Parlement européen de se saisir de la question. Selon le CMF, négliger la place du maritime dans la 7ème PCRD reviendrait à affecter la crédibilité du futur livre vert sur la politique maritime de l’Union Européenne.

Cluster Maritime Français (CMF)