Défense
Le troisième BPC ne devrait pas s'appeler Jeanne d'Arc

Actualité

Le troisième BPC ne devrait pas s'appeler Jeanne d'Arc

Défense

La marine ayant choisi d'assurer la relève de son navire école avec les bâtiments de projection et de commandement (BPC), certaines voix préconisent d'appeler le troisième navire de la série Jeanne d'Arc. Après la livraison par DCNS des Mistral et Tonnerre, en 2006 et 2007, la commande d'un nouveau BPC est attendue prochainement. Ce navire, dont la réalisation sera confiée aux chantiers de Saint-Nazaire, devrait être livré fin 2011 pour une mise en service au début de l'année suivante. Très voisin des deux premiers bâtiments de la série, il comportera quelques évolutions, comme l'adoption de nouveaux Pods Inovelis (moteurs électriques placés dans des nacelles orientales avec hélices carénées). La nouvelle mission de bateau école confiée aux BPC (le Tonnerre assurant la première en 2010) entrainant quelques légères adaptations, il n'est pas non plus interdit de penser qu'un certain retour d'expérience puisse bénéficier au 3ème BPC. Mais, de là à appeler le futur navire « Jeanne d'Arc », il y a un pas que la marine ne souhaite apparemment pas franchir. La Rue Royale semble, en effet, vouloir marquer la rupture avec l'ancien Groupe Ecole d'Application des Officiers de Marine, qui s'arrêtera l'an prochain avec le désarmement de la Jeanne d'Arc. Marquant la fin de la formation des officiers, les longues missions autour du monde du GEAOM feront place, en 2010, au Stage d'Application à la Mer. Plus courtes, les campagnes SAM ne comprendront pas de période de spécialisation et auront un cadre géographique bien précis. Si l'Etat-major des Armées a accepté qu'une formation à la mer soit maintenue, il demande en effet que le BPC mobilisé chaque année soit déployé dans les régions sensibles, où il pourra intervenir en cas de crise.

Les BPC Mistral et Tonnerre(© : MARINE NATIONALE)
Les BPC Mistral et Tonnerre(© : MARINE NATIONALE)

Pour toutes ces raisons, le nom de Jeanne d'Arc, avec toutes les traditions et symboles qu'il comporte, ne devrait pas être repris. Le 3ème, puis le 4ème BPC prévu par la suite, devraient donc être baptisés dans la lignée de leurs aînés. En la matière, les choix sont multiples. En dehors d'une reprise des noms des transports de chalands de débarquement (TCD) Foudre et Siroco, qu'ils doivent remplacer, ou des Orage et Ouragan, récemment désarmés, d'autres possibilités existent. Ainsi, dans les années 20, la marine s'était dotée d'une longue série de torpilleurs de 1500 tonnes aux noms de phénomènes météorologiques. On y trouvait déjà le Mistral, le Siroco, l'Orage ou l'Ouragan, mais aussi la Tempête, la Bourrasque ou la Tramontane. Il y avait également le Cyclone, le Typhon et la Tornade... Mais pour des navires amenés à pouvoir aider des populations victimes de catastrophes naturelles, cela ne serait peut être pas du meilleur goût.

Marine nationale