Défense
Le troisième NPEA de la marine canadienne mis en chantier

Actualité

Le troisième NPEA de la marine canadienne mis en chantier

Défense

Le chantier Irving d’Halifax a procédé mercredi 20 décembre à la découpe de la première tôle du troisième patrouilleur polaire commandé par la marine canadienne. Il s’agit du futur Max Bernays, qui suivra l’Harry DeWolf, dont l’assemblage s’achève et du Margaret Brooke, déjà en construction. Ils seront suivis par les William Hall, Frédérick Rolette et Robert Hampton Gray. Ces six bâtiments doivent être livrés entre 2018 et 2022.

Réalisés dans le cadre du programme NPEA (Navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique), aussi connu sous l’acronyme anglais AOPS (Arctic and Offshore Patrol Ship), ces patrouilleurs polaires mesureront 103.6 mètres de long pour 19 mètres de large afficheront un déplacement de 6400 tonnes en charge. Dotés d’une coque brise-glace, ils pourront naviguer à la vitesse de 3 nœuds dans une épaisseur allant jusqu’à 1 mètre. Leur vitesse maximale en eaux libres sera de 17 nœuds, pour une distance franchissable de 6800 milles à 14 nœuds. L’autonome, très importante, pourra atteindre 120 jours. La partie énergie-propulsion comprendra quatre diesel-générateurs de 3600 kW chacun et deux moteurs d’une puissance unitaire de 4500 kW.

L’équipage sera de 65 marins, les bâtiments pouvant loger 20 personnes supplémentaires. Dotés de différentes embarcations, les Harry DeWolf disposeront aussi de capacités de fret permettant de transporter du matériel. Equipés de puissants moyens de communication, de radars de surveillance et d’artillerie légère, les futurs patrouilleurs pourront mettre en œuvre un hélicoptère, y compris le CH-148 Cyclone.

 

Le premier NPEA en achèvement à Halifax (© IRVING)

Le premier NPEA en achèvement à Halifax (© IRVING)

Marine et Garde-côtière canadiennes